SURIN JEAN JOSEPH (1600-1665)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jésuite dont on a retenu qu'il fut envoyé (en 1634) comme exorciste auprès des célèbres ursulines « possédées » de Loudun, mais dont l'importance tient avant tout à son expérience mystique et au fait qu'il fut un des grands spirituels du xviie siècle français.

« Pour porter des paroles d'amour de votre part, j'irai avec une trompette d'or, au milieu des places... » Jean Joseph Surin est parti en aventurier, en gentilhomme gascon, pour les régions inconnues de l'esprit ; mais, quand il parle ainsi, il est atteint depuis vingt ans par la « folie » qui le retient, paralysé, dans le « cachot » d'une infirmerie, au collège de Bordeaux. Il a été pris aux pièges du voyage. Il rêvait d'une bataille où se jeter à corps perdu, « ne trouvant rien de plus beau qu'un coup d'épée reçu au travers du corps, me faisant mourir », disait-il. Le coup lui est venu, mais plus traître, du fond de lui-même. Ce qu'il dit encore, il l'a appris de cette blessure même, bien après la hardiesse des premiers départs. S'il est « l'homme peut-être le plus mystique du xviie siècle » (Malley), c'est parce que d'Artagnan est devenu Job.

Sa correspondance révèle, comme à l'état sauvage, un génie ardent et blessé. Il aime trop la vérité pour chercher à être exemplaire. Il témoigne, il souffre de l'amour sans aucun souci, et peut-être sans avoir assez le souci des limites qu'il outrepasse. Ce qu'il sait de l'absolu qui détruit et refait, il l'expérimente sans être délivré de son mal ni cesser de pousser l'audace jusqu'à la témérité. Rapide, intransigeant, il poursuit sa course. Mais c'est en claudiquant, depuis ce jour de 1645 où, saisi d'une impulsion qui symbolise le geste de sa vie, il s'est jeté d'une fenêtre et brisé la jambe ; c'est aussi, très longtemps, poussé par l'angoisse qui est, dès ses premières années, le bruit d'une image insaisissable ; c'est en poète et, dit-il, en « enfant perdu » ; c'est encore avec sa sensibilité de lettré, avec son ironie et sa passion d'intellectuel ; c'est en militant, ami des « pauvres » paysans et circulant dans les campa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  SURIN JEAN JOSEPH (1600-1665)  » est également traité dans :

CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)

  • Écrit par 
  • Dominique JULIA, 
  • Claude RABANT
  •  • 2 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une poétique du corps »  : […] Sans doute y a-t-il, dans l'œuvre de Michel de Certeau, un mouvement inverse et réciproque de celui qu'il décèle dans son objet même, le discours mystique, s'il est vrai que ce discours procède d'une position où « le nom est susceptible de construire un corps », entendez le nom de Dieu seul, au prix d'une « satisfaction à souffrir », voire d'une « pensée de la damnation » quasi mélancolique comme […] Lire la suite

LALLEMANT LOUIS (1587-1635)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 204 mots

Jésuite français, dont la spiritualité a marqué le xvii e siècle. Après avoir enseigné la philosophie au collège de La Flèche, Louis Lallemant passe trois ans à Rouen comme maître des novices ; de 1627 à sa mort, il est chargé de la direction spirituelle du « troisième an », année de réflexion et de retraite prévue par saint Ignace avant la profession perpétuelle des Pères. Sa vie, courte, est en […] Lire la suite

LOUDUN PROCÈS DE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 508 mots
  •  • 1 média

Petite capitale protestante près de Poitiers, Loudun est entrée dans la grande histoire en 1634. Le Mercure françois consacre, cette année-là, une longue chronique aux « possédées religieuses ursulines de Loudun » : le 18 août, Urbain Grandier, curé de Saint-Pierre, a été brûlé vif sur la place Sainte-Croix pour crime de sorcellerie. On l'a accusé d'avoir provoqué par la magie l'effrayant désordr […] Lire la suite

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 612 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'événement »  : […] Les faits psychosomatiques classés comme mystiques posent quelque chose de particulier. Des phénomènes extraordinaires semblent spécifier d'abord la mystique. Ils tranchent sur la vie ordinaire. Ils se découpent dans l'observable comme les signes d'une langue étrangère. Mais cette irruption de symptômes étranges signalise seulement des moments et des seuils qui, de fait, sont particuliers. La vie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel de CERTEAU, « SURIN JEAN JOSEPH - (1600-1665) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-joseph-surin/