LALLEMANT LOUIS (1587-1635)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jésuite français, dont la spiritualité a marqué le xviie siècle. Après avoir enseigné la philosophie au collège de La Flèche, Louis Lallemant passe trois ans à Rouen comme maître des novices ; de 1627 à sa mort, il est chargé de la direction spirituelle du « troisième an », année de réflexion et de retraite prévue par saint Ignace avant la profession perpétuelle des Pères. Sa vie, courte, est entièrement consacrée à la direction spirituelle et à la prédication de retraites. Lallemant n'a rien écrit, mais deux de ses élèves, Surin et Rigoleuc, ont noté le contenu de son enseignement de « troisième an » ; ces notes ont été publiées, en 1694, par un autre jésuite, Champion. Rigoleuc (1595-1658) est connu comme l'apôtre des missions bretonnes ; à travers son activité débordante de prédicateur, il a su maintenir le primat de l'oraison « de silence », composante essentielle de la spiritualité de Lallemant. Jean-Joseph Surin (1600-1665) a su lui aussi, à travers les épreuves, retenir les grands traits de l'enseignement de son maître : nécessité de la vie intérieure, docilité à la conduite du Saint-Esprit.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « LALLEMANT LOUIS - (1587-1635) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-lallemant/