LOUDUN PROCÈS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petite capitale protestante près de Poitiers, Loudun est entrée dans la grande histoire en 1634. Le Mercure françois consacre, cette année-là, une longue chronique aux « possédées religieuses ursulines de Loudun » : le 18 août, Urbain Grandier, curé de Saint-Pierre, a été brûlé vif sur la place Sainte-Croix pour crime de sorcellerie. On l'a accusé d'avoir provoqué par la magie l'effrayant désordre mental qui agite, depuis septembre 1632, dix jeunes religieuses ursulines de dix-huit à trente ans. Depuis lors, une foule de plus en plus nombreuse suit, comme dans un théâtre populaire, au milieu des cris, des contestations et des cantiques, le spectacle baroque d'exorcistes tonnant et luttant durant des heures contre les « diables » qui, en la personne des « possédées », leur répondent par mille insultes, prédisent l'avenir, devinent les secrets des assistants, se roulent à terre et hurlent de rage en dénonçant le magicien ou en confessant la présence eucharistique. Devenue, à travers ses objectifs apologétiques antiprotestants, un monstrueux « défoulement » collectif, cette lamentable histoire a un retentissement considérable : Richelieu suit de près l'affaire, Grandier s'étant malencontreusement mêlé aux adversaires de l'autorité centrale ; le chancelier Séguier se fait envoyer des rapports ; des évêques viennent présider les séances ; de toute la France et des pays voisins accourent les curieux. Mersenne, Peirec, d'autres savants se communiquent les « raretés » de ce dossier. Miracle ? Duperie ? Maladie ? Quelque chose de plus fondamental : c'est le procès de l'autorité religieuse, à qui se substitue la « raison d'État » ; c'est le lapsus du désir dans l'interstice de cadres sociaux en crise. Aussi le jugement a-t-il été politique, organisé par Laubardemont, commissaire de Richelieu.

Urbain Grandier est conduit au supplice, Joseph Nicolas Jouy

Urbain Grandier est conduit au supplice, Joseph Nicolas Jouy

Photographie

Le 18 août 1634, Urbain Grandier, curé de Saint-Pierre, a été brûlé vif sur la place Sainte-Croix pour crime de sorcellerie. Il était accusé d'être à l'origine de l'effrayant désordre qui agitait depuis septembre 1632 les dix religieuses du cloître des Ursulines de Loudun. Aquatinte de... 

Crédits : AKG

Afficher

Grandier mort — après un procès dont la forme était régulière, mais qui condamnait un homme bien étranger à la sorcellerie, coupable seulement d'avoir cherché avec trop d'arrogance l'élévation que lui promettaient ses talents et d'avoir trop aimé les femmes de ses paroissiens —, la « po [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  LOUDUN PROCÈS DE  » est également traité dans :

CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)

  • Écrit par 
  • Dominique JULIA, 
  • Claude RABANT
  •  • 2 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée de la marge : possédés et mystiques »  : […] On ne s'étonnera pas, dès lors, que Michel de Certeau se soit particulièrement atta ché aux aventures singulières – sorcelleries , possessions, parcours mystiques – qui témoignent d'un tel surgissement et désignent, par une « émigration de l'intérieur », les glissements de faille par lesquels l'histoire est poussée en avant, mais aussi incarnent les points de restructuration d'un savoir, d'une to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-certeau/#i_20821

HYSTÉRIE

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les épidémies d'hystérie »  : […] Les épidémies d'hystérie constituent un des aspects les plus étranges de la psychopathologie collective. Dans chaque épidémie, la physionomie des troubles revêt des caractères particuliers par suite de la tendance qu'ont les sujets à se copier les uns les autres. Pendant tout le Moyen Âge, les mouvements choréiformes, les danses frénétiques dominent la scène ; à Louviers, les possédées voyaient, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie/#i_20821

JOSEPH FRANÇOIS JOSEPH LECLERC DU TREMBLAY dit LE PÈRE (1577-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 434 mots

Issu d'une bonne famille de parlementaires (son père a été président aux requêtes du Parlement de Paris, puis ambassadeur à Venise, enfin chancelier de François d'Alençon), le père Joseph se situe donc dans un milieu étonnamment ouvert, marqué à la fois par le service de l'État et par l'intérêt profond pour les questions religieuses. Capucin en 1599, il se consacre à la réforme de son ordre, fonde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-francois-joseph-leclerc-du-tremblay-dit-le-pere/#i_20821

Pour citer l’article

Michel de CERTEAU, « LOUDUN PROCÈS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-loudun/