DUVALIER JEAN-CLAUDE (1951-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean-Claude Duvalier fut le président de la République d'Haïti de 1971 à 1986. Alors plus jeune chef d'État au monde, il était surnommé « Baby Doc ».

Jean-Claude Duvalier

Photographie : Jean-Claude Duvalier

Le président haïtien Jean-Claude Duvalier, lors d'une conférence de presse en 1980. 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Jean-Claude Duvalier est né le 3 juillet 1951 à Port-au-Prince. Il fait ses études secondaires dans la capitale haïtienne et entame un cursus universitaire à la faculté de droit de l'Université nationale.

Le 21 avril 1971, à la mort de son père François Duvalier, dictateur d'Haïti surnommé « Papa Doc », Jean-Claude Duvalier devient président à vie, à l'âge de dix-neuf ans.

Jean-Claude Duvalier, 1971

Photographie : Jean-Claude Duvalier, 1971

Le dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier, appelé « Baby Doc », succède à son père « Papa Doc », en 1971. Il sera renversé en 1986. 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Sous la pression des États-Unis, notamment, qui soutiennent les gouvernements démocratiques face à la menace communiste dans la zone caribéenne, Jean-Claude Duvalier s'engage dans une démocratisation progressive des institutions politiques et économiques. Il met en œuvre des réformes budgétaires et judiciaires, il remplace certains ministres âgés dévoués à son père par des hommes politiques plus jeunes, il libère quelques prisonniers politiques et assouplit la censure sur les médias. Ces changements restent toutefois limités et ne bouleversent pas la situation héritée de son père. Toute opposition politique est interdite et le chef de l'État continue de nommer ses proches aux postes clés du gouvernement et de la justice. En termes de politique étrangère, le pays maintient sa position semi-isolationniste, tout en sollicitant désormais activement l'aide internationale afin de stimuler l'économie du pays.

En 1980, Jean-Claude Duvalier épouse Michèle Bennett, une mulâtre de la haute bourgeoisie. Sous son influence, il évince la vieille garde de son père, et notamment sa mère, Simone Duvalier.

En février 1986, alors que la situation économique est particulièrement dégradée, un soulèvement populaire oblige le couple présidentiel à quitter le pays et à le laisser aux mains de l'armée et de la milice des « tontons macoutes ». Jean-Claude Duvalier s'installe en France, où il possède plusieurs propriétés. Il n’est pas inquiété par les nombreuses demandes d'extradition déposées par les autorités haïtiennes pour violation des droits de l'homme.

Finalement, il revient en Haïti le 16 janvier 2011, un an après un séisme dévastateur alors que le pays doit faire face à une épidémie de choléra et se trouve dans un climat politique très instable. Son retour inopiné soulève des interrogations sur ses motivations, alors qu'il affirme lui-même revenir « aider le peuple haïtien ».

Deux jours après son arrivée, Jean-Claude Duvalier est interpellé et placé en détention afin d'être interrogé. Libéré, il est toutefois assigné à résidence, puis inculpé par la justice haïtienne en 2012, mais uniquement pour corruption, vol et détournements de fonds. Après avoir refusé à plusieurs reprises de comparaître, il se présente en février 2013 devant la justice, qui reconnaît, un an plus tard, l’imprescriptibilité des crimes de l’humanité qui lui sont imputés. Il meurt à Port-au-Prince le 4 octobre 2014.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Jean-Claude Duvalier

Jean-Claude Duvalier
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Jean-Claude Duvalier, 1971

Jean-Claude Duvalier, 1971
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Classification

Autres références

«  DUVALIER JEAN-CLAUDE (1951-2014)  » est également traité dans :

ARISTIDE JEAN-BERTRAND (1953- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 685 mots
  •  • 1 média

Homme politique et prêtre salésien né le 15 juillet 1953, à Port-Salut (Haïti), président d'Haïti en 1991, 1994-1996 et 2001-2004. Jean-Bertrand Aristide fréquente une école de Port-au-Prince dirigée par l'ordre salésien et, en 1966, entre au séminaire salésien de Cap-Haïtien où il se prépare à la prêtrise. En 1975, il se range du côté des pauvres et de Ti Kominoté Legliz (« petite église »), un […] Lire la suite

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 677 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La dictature « noiriste » des Duvalier »  : […] Avec l'élection de Dumarsais Estimé (1946-1950) commence un nouvel épisode, celui du « pouvoir noir », qui culmine avec l'élection à la présidence, le 22 septembre 1957, de François Duvalier. Connu pour son action dans la mouvance de la revue Les Griots (indigénisme haïtien) puis comme médecin, il devient célèbre sous le nom de « papa doc », formule affectueuse de ses partisans. Déterminé à gar […] Lire la suite

LAFERRIÈRE DANY (1953- )

  • Écrit par 
  • Antony SORON
  •  • 1 023 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l’idylle à l’exil »  : […] Dany Laferrière commence à travailler à Radio-Haïti Inter et à l’hebdomadaire Le Petit Samedi soir . Il n’a pas encore vingt ans. Lorsque nombre d’intellectuels doivent s’exiler pour échapper à la dictature indigéniste de Jean-Claude Duvalier, surnommé Baby Doc, et de ses « tontons macoutes », il ne déroge pas à la règle. L'année 1976 constitue ainsi pour lui une forme d’année zéro. Il évoque ce […] Lire la suite

Pour citer l’article

« DUVALIER JEAN-CLAUDE - (1951-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-claude-duvalier/