Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DUVALIER FRANÇOIS (1909-1971)

François Duvalier, vers 1965 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

François Duvalier, vers 1965

François Duvalier fut le président à vie de la république d'Haïti de 1957 à 1971. Quatorze ans de dictature l'ont fait connaître sur la scène internationale. Né en avril 1909 à Port-au-Prince, François Duvalier ne fait guère parler de lui dans sa jeunesse : ses années d'études et ses premières activités sont d'ailleurs peu connues. On sait seulement que, devenu médecin, il travaille quelque temps pour la mission sanitaire américaine qui s'efforce de combattre la malaria. Ministre de la Santé publique en 1946, du temps de Dumarsais Estimé, il se retire du gouvernement quand le président Magloire assume le pouvoir.

Mécontente de la gestion de ce dernier, l'armée décide d'intervenir par une manière de « coup d'État électoral », force le président à s'exiler aux États-Unis et organise des élections. Trois candidats sont en lice et, le 22 septembre 1957, François Duvalier est élu président de la République. Mais, contrairement aux attentes des militaires, le petit médecin effacé, timide et sans grande personnalité qu'ils pensaient pouvoir aisément manœuvrer se révèle rapidement un homme d'une poigne telle qu'il aura tôt fait de soumettre Haïti à un régime particulièrement répressif.

Autoritaire et mégalomane, François Duvalier assoit son pouvoir sur la terreur qu'inspirent les célèbres « tontons macoutes », milice toute à sa dévotion qu'il a mise sur pied pour contrecarrer l'influence des militaires. Il utilise également avec habileté les croyances populaires et favorise l'emprise du vaudou sur un peuple en grande majorité analphabète. La « négritude » dont il se réclame à tous vents n'est en réalité qu'une imposture, mais elle le sert dans ses desseins personnels ; il s'appuie en effet sur les Noirs contre les mulâtres.

En 1958, l'état de siège est décrété en Haïti, puis périodiquement reconduit. En 1961, François Duvalier voit son mandat prolongé de cinq ans, puis il se fait, en 1964, simplement proclamer président à vie. Le gouvernement de « Papa Doc » connaît cependant de sérieux démêlés avec la république Dominicaine voisine, avec le Vatican en 1961, à la suite de l'expulsion successive de deux évêques, et même avec les États-Unis, qui suspendent en 1962 leur aide économique à Haïti ; les intrigues et les complots (vrais ou faux) se succèdent en 1968, 1969, 1970 et 1971 : à chaque fois, le dictateur en réchappe, mais ses adversaires sont passés par les armes sans autre forme de procès.

Sentant pourtant sa fin proche après deux attaques cardiaques, un infarctus et une demi-paralysie, « Papa Doc » réussit une ultime manœuvre politique. Le 15 janvier 1971, l'Assemblée nationale l'autorise à nommer son fils Jean-Claude Duvalier comme successeur. François Duvalier meurt en ayant assuré sa succession, mais il laisse derrière lui un pays où le revenu par habitant est l'un des plus bas du monde.

— Jean-Claude BUHRER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Claude BUHRER. DUVALIER FRANÇOIS (1909-1971) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

François Duvalier, vers 1965 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

François Duvalier, vers 1965

Autres références

  • AMOUR, COLÈRE ET FOLIE (M. Vieux-Chauvet)

    • Écrit par
    • 1 083 mots

    La réédition en 2005 par les éditions Emina Soleil, associées à Maisonneuve et Larose, de la trilogie romanesque de Marie Vieux-Chauvet, Amour, Colère et Folie, a fait événement. En effet, l'ouvrage, publié chez Gallimard en 1968, était devenu introuvable dès sa sortie. Il avait été retiré de...

  • DUVALIER JEAN-CLAUDE (1951-2014)

    • Écrit par
    • 534 mots
    • 2 médias

    Jean-Claude Duvalier fut le président de la République d'Haïti de 1971 à 1986. Alors plus jeune chef d'État au monde, il était surnommé « Baby Doc ».

    Jean-Claude Duvalier est né le 3 juillet 1951 à Port-au-Prince. Il fait ses études secondaires dans la capitale haïtienne et entame...

  • HAÏTI

    • Écrit par et
    • 8 702 mots
    • 11 médias
    ...Dumarsais Estimé (1946-1950) commence un nouvel épisode, celui du « pouvoir noir », qui culmine avec l'élection à la présidence, le 22 septembre 1957, de François Duvalier. Connu pour son action dans la mouvance de la revue Les Griots (indigénisme haïtien) puis comme médecin, il devient célèbre sous le...