STEEN JAN (1626-1679)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Partie de quilles, J. Steen

La Partie de quilles, J. Steen
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Leçon de danse du chat, J. Steen

La Leçon de danse du chat, J. Steen
Crédits : Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas

photographie


Peintre de genre par excellence, Jan Steen est le fils d'un brasseur hollandais. Né à Leyde, et successivement élève de Nicolas Knupfer à Utrecht, d'Adriaen van Ostade à Haarlem et de Jan van Goyen à La Haye, il assimilera toutes ces influences. En 1648, il est l'un des fondateurs de la guilde de Leyde et il reviendra mourir dans cette ville après une existence mouvementée. Tour à tour brasseur, aubergiste ou peintre, suivant les villes qu'il habite et les difficultés qu'il rencontre, il semble pourtant avoir été moins débauché que sa peinture et sa légende ne le laissent supposer.

Son œuvre — quelque sept cents tableaux — ne se résume pas aux bambochades en petit format dont il fut un brillant narrateur. Ses peintures de jeunesse révèlent un paysagiste influencé par son beau-père Van Goyen, avec des personnages nombreux dans la manière des Ostade (La Partie de quilles, National Gallery, Londres). Les personnages seront par la suite plus individualisés, comme dans la Joyeuse Compagnie (Mauritshuis, La Haye), où l'artiste se met en scène avec sa famille, joyeux rassemblement d'enfants, de parents et de grands-parents auxquels se mêlent les animaux domestiques dans une chaude atmosphère au coloris lumineux et à la composition harmonieusement équilibrée.

La Partie de quilles, J. Steen

La Partie de quilles, J. Steen

photographie

Jan STEEN, La Partie de quilles, huile sur panneau de chêne. National Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Leçon de danse du chat, J. Steen

La Leçon de danse du chat, J. Steen

photographie

Jan Steen, La Leçon de danse du chat. 1665-1668. Huile sur toile. 68,5 cm x 59 cm. Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas. 

Crédits : Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas

Afficher

Son regard plein d'humour, parfois ironique, qui l'a fait comparer à la vision caricaturale de Hogarth, s'enchante des petits drames familiaux (La Fête de saint Nicolas, Rijksmuseum, Amsterdam) autant que des libations qui dégénèrent en pugilat. Il est alors un moralisateur qui se souvient de la philosophie d'Érasme. Il sait aussi être sentimental dans la verméerienne Leçon de musique (National Gallery, Londres), ou religieux dans Jésus parmi les vieillards (Kunstmuseum, Bâle) qui n'est pas sans évoquer Rembrandt.

Une technique vigoureuse — goût des contrastes lumineux et de la pâte colorée — sert ce caractère « turbulent et gouailleur » (E. Fromentin), cet artiste, proche de Molière (La Malade, Rijksmuseum, Amsterdam), dont la verve s'impose.

—  Jean-Marie MARQUIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STEEN JAN (1626-1679)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 173 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les géants »  : […] Jan Steen aurait pu être un spécialiste discret, comme beaucoup d'autres. Sa carrière et l'estime de ses contemporains auraient pu l'y pousser. Mais l'iconographie, un peu passée de mode, qui prêchait la vertu par le rire et la peur prit alors un nouvel essor. Le genre redevient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26898

Pour citer l’article

Jean-Marie MARQUIS, « STEEN JAN - (1626-1679) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-steen/