JAMES CYRIL LIONEL ROBERT dit C.L.R. (1901-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Militant politique, historien de la culture des Caraïbes et spécialiste du cricket, C. L. R. James fut l'un des chefs de file du mouvement panafricain.

Cyril Lionel Robert James naît dans une famille cultivée le 4 janvier 1901 à Tunapuna, dans l'île de Trinité-et-Tobago (Antilles). Diplômé du Queen's Royal College de Port of Spain en 1918, il commence ensuite une carrière d'enseignant. En 1932, il va s'installer en Angleterre, où il publie le pamphlet The Life of Captain Cipriani (1932 ; révisé sous le titre The Case for West-Indian Self-Government, 1933) grâce au soutien personnel et financier du joueur de cricket et homme politique caribéen Learie Constantine. Pendant les années 1930, James sera le correspondant du Manchester Guardian pour la rubrique sur le cricket. Il va s'impliquer de plus en plus dans la politique marxiste, de tendance trotskiste. Il publie ainsi World Revolution, 1917-1936. The Rise and Fall of the Communist International (1937), qui retient l'intérêt de Trotski et de George Orwell. Il sera également par la suite le traducteur en anglais du Staline de Boris Souvarine. Pendant cette même période, C. L. R. James commence à militer, notamment à l'intérieur de l'International Service Bureau, en faveur des peuples colonisés. Il signe une pièce sur la révolution haïtienne qui éclata dans les années 1790, intitulée Toussaint L'Ouverture et représentée à Londres en 1936. Deux ans plus tard, il publie The Black Jacobins (Les Jacobins noirs) ; largement applaudie par la critique, cette étude marxiste d'un mouvement mené par des esclaves lui vaudra une renommée internationale.

En 1939, C. L. R. James quitte l'Angleterre pour vivre aux États-Unis, mais son séjour est interrompu pour motifs politiques en 1953, en pleine chasse aux sorcières. Il est alors détenu dans le centre d'Ellis Island (New York) et rédige durant son incarcération une analyse de Moby Dick d'Herman Melville intitulée Mariners, Renegades, and Castaways (1953). Expulsé des États-Unis, James v [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  JAMES CYRIL LIONEL ROBERT dit C.L.R. (1901-1989)  » est également traité dans :

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 810 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une littérature proprement antillaise »  : […] Jane's Career (1914), du Jamaïquain Herbert de Lisser (1878-1944), est le premier roman significatif écrit par un Antillais anglophone. Cette œuvre retrace l'exode rural provoqué par la crise du sucre et met en scène une domestique récemment engagée en ville. Claude McKay (1890-1948), autre Jamaïquain, s'illustra dans le mouvement de la Renaissa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-litteratures/#i_8752

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le début des littératures postcoloniales »  : […] Peu d'écrivains postcoloniaux véritablement originaux apparaissent avant les années 1930. L'Indien Mulk Raj Anand (1905-2004), disciple de Gandhi et pourfendeur du système des castes, dénonce, à travers une rhétorique aux accents parfois marxistes, les travers de la société traditionnelle dans son roman Untouchable (1935). Le Trinidadien Cyril Li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_8752

Pour citer l’article

« JAMES CYRIL LIONEL ROBERT dit C.L.R. - (1901-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-cyril-lionel-robert-dit-c-l-r/