AGEE JAMES (1909-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme Thomas Wolfe, avec qui il a tant d'affinités, James Agee est un enfant du Sud. Il est né en novembre 1909 à Knoxville, dans le Tennessee, petite ville ouvrière. Depuis deux siècles, depuis que leur ancêtre Mathieu Âgé ou Agee, un huguenot français des environs de Nantes, était venu, en 1690, au lendemain de la « Glorieuse Révolution » s'établir en Virginie, la famille Agee avait toujours vécu — pauvrement — dans les hameaux de la campagne alentour. Du côté maternel, c'était une famille originaire du Michigan, de stricte piété épiscopalienne, qui se considérait comme de la bourgeoisie et qui avait dans un premier temps mal accepté que la mère de James Agee se déclasse un peu en épousant un natif de ces collines où l'alcoolisme est atavique.

James Agee a six ans lorsque son père, ivre au volant, se tue. Plus de trente ans plus tard, il racontera le trauma que ce fut pour lui dans son roman autobiographique A Death in the Family (écrit à partir de 1948, ce livre, qui obtint le prix Pulitzer à sa publication posthume en 1957, amorcera la redécouverte de James Agee), mais c'est toute sa vie qui se passa sous le signe de ce père absent. La mère d'Agee se replie dans la religiosité et dans les rituels d'un veuvage névrotique qui laissa sa marque sur un enfant déjà tourmenté de sensualité et du sentiment d'avoir à expier une faute obscure. Il a quatorze ans lorsque, au pensionnat épiscopalien St. Andrews, il veille, comme la tradition du lieu l'imposait, toute la nuit du jeudi saint en imitation de la nuit d'agonie du Christ, expérience de crise mystique suivie, au petit matin, par une violente apostasie païenne qu'il racontera dans The Morning Watch, son autre roman quasi autobiographique (1951).

Exilé, à la rentrée de 1925, de son Sud natal vers la très select Phillips Exeter Academy dans le New Hampshire, puis à Harvard, Agee commence à écrire les poèmes qui seront choisis, grâce à l'appui d'Archibald McLeish, pour le volume annuel de Yale en 1934 : Permit Me Voyage. L'été de 1929, i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  AGEE JAMES (1909-1955)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Écrire après Faulkner »  : […] La présence de Faulkner constitua pour les autres écrivains un problème que Flannery O'Connor devait un jour résumer avec son humour habituel : « Personne n'a envie de s'aventurer avec son petit chariot couvert et sa pauvre mule sur la voie ferrée où le Dixie Limited déboule à grand fracas. » C'est moins vrai pour des écrivains qui sont presque de la même génération, comme Robert Penn Warren ou T […] Lire la suite

EVANS WALKER (1903-1975)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 742 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la recherche de l'Amérique oubliée »  : […] De retour aux États-Unis, Walker Evans donne, dès 1935, deux directions à son travail, chacune déterminée par une technique différente. Pour les prises de vue instantanées, il s'équipe d'un appareil léger grâce auquel il réalise ses Street Portraits et ses photos dans le métro de New York. La chambre grand format « 8 × 10 inches » (20 × 25 cm) sert pour la photographie d'architecture, où la rigu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « AGEE JAMES - (1909-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-agee/