VAN'T HOFF JACOBUS HENRICUS (1852-1911)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste hollandais, né à Rotterdam et mort à Berlin. Van't Hoff entre à l'institut polytechnique de Delft en 1869, puis il va, en 1871, à l'université de Leyde, où il décide de se consacrer à l'étude de la chimie. Il est, pendant l'année 1872-1873, l'élève de Kekulé à Bonn et, l'année suivante, l'élève de C. A. Wurtz à Paris, où il est le condisciple de A. Le Bel. Il soutient son doctorat en 1874 à Utrecht, où il reste deux ans comme professeur à l'école vétérinaire.

C'est en 1874, juste avant son doctorat, qu'il publie un article établissant les bases de la stéréochimie (il faut noter que Le Bel, séparément, va arriver aux mêmes conclusions à quelques mois d'intervalle). Pour expliquer le phénomène désigné par J. Wislicenus sous le nom d'isomérie géométrique, il développe l'idée du carbone tétraédrique conduisant à l'asymétrie. En 1877, il occupe à Amsterdam une chaire où il doit enseigner la géologie et la minéralogie en même temps que la chimie. En 1884, il développe les bases théoriques de la cinétique chimique dans son ouvrage Études de la dynamique chimique. En 1886, transposant les conceptions de la théorie cinétique des gaz, il énonce une théorie osmotique des solutions. Il devient alors possible de déterminer la masse moléculaire de substances dissoutes. En 1896, il accepte un professorat de recherche à Berlin où il n'a pas l'obligation d'enseigner. C'est là qu'il fonde, avec Wilhelm Ostwald, la revue Journal de chimie physique (Zeitschrift für physikalische Chemie). Il reçoit le prix Nobel en 1901.

—  Dina SURDIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VAN'T HOFF JACOBUS HENRICUS (1852-1911)  » est également traité dans :

LE BEL JOSEPH ACHILLE (1847-1930)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 230 mots

Chimiste français, né à Pechelbronn (Bas-Rhin) et mort à Paris. Après des études à l'École polytechnique de Paris, Joseph Achille Le Bel devient préparateur à l'université de Strasbourg. Il est ensuite l'assistant d'Antoine Balard, puis de Charles Wurtz ; auprès de ce dernier, il a Jacobus Henricus Van't Hoff pour condisciple. Sa famille possédant une industrie pétrolière florissante à Pechelbronn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-achille-le-bel/#i_28271

Pour citer l’article

Dina SURDIN, « VAN'T HOFF JACOBUS HENRICUS - (1852-1911) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacobus-henricus-van-t-hoff/