LONDON JACK (1876-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mise en œuvre

Jack London ne cessera d'afficher une conception mercantile de son métier et de s'imposer un travail forcé qui produira plus de quarante volumes à la cadence de mille mots par jour. Il n'en est pas moins un maître de l'imaginaire, et peut-être le seul « écrivain du prolétariat » (pour le citer) de la littérature américaine. Son expérience désordonnée revit au fil d'une œuvre inégale, dominée par la double exigence de décrire l'horreur d'une condition dont il veut libérer l'homme et de satisfaire un désir de fuite qui lui commande d'y échapper. Plus que dans ses essais et les articles qu'il donne à la presse socialiste, il impose la force de ses convictions dans The People of the Abyss (Le Peuple des abîmes, 1903), témoignage impitoyable sur les quartiers pauvres de Londres, et surtout dans The Iron Heel (Le Talon de fer, 1908), chef-d'œuvre de la science-fiction politique où, avec une lucidité saisissante, il anticipe la terreur nazie. Mais son capital le plus fructueux reste ses nombreux romans et nouvelles de l'Alaska ou de la mer, comme White Fang (Croc-Blanc, 1906), Love of Life and Other Stories (Amour de la vie, 1907), et The Sea Wolf (Le Loup des mers, 1904), dont plusieurs seront portés à l'écran. À partir de 1910, il tente de reconquérir la faveur d'un public qui lui échappe. Il écrit sans succès pour le théâtre et le cinéma naissant ; ses intérêts du moment pour l'agriculture, puis la psychanalyse, lui inspirent ses derniers romans, tous voués à l'échec, sauf John Barleycorn (Le Cabaret de la dernière chance, 1913), confession pathétique de sa lutte contre l'alcool. Ironiquement, c'est à son amour pour les animaux qu'il devra, après sa mort, l'ultime gloire de lancer une croisade contre le dressage des chiens savants lors de la publication de Michael, Brother of Jerry (Michael, chien de cirque) en 1917.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LONDON JACK (1876-1916)  » est également traité dans :

MARTIN EDEN, Jack London - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 834 mots

Dans ce roman tardif (1909), d'abord ironiquement intitulé Succès, l'écrivain américain Jack London (1876-1916) a pris pour héros un matelot fruste et autodidacte, qui, comme lui, devient écrivain et se trouve attiré par le socialisme. […] Lire la suite

CORTO MALTESE. SOUS LE SOLEIL DE MINUIT (J.D. Canales et R. Pellejero)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 1 048 mots
  •  • 1 média

Dans le domaine de la bande dessinée francophone, l’année 2015 restera celle de la « normalisation » de Corto Maltese, le marin inventé en 1967 par Hugo Pratt. Comme tous les autres grands héros de papier – seul Tintin résiste encore –, la mort de son créateur ne l’empêche plus de vivre de nouvelles aventures. Dans Sous le soleil de minuit (Casterman), les Espagnols Rubén Pellejero (pour les dess […] Lire la suite

MARTIN EDEN (P. Marcello)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 106 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une traversée du siècle »  : […] Premier film strictement fictionnel de Marcello, coécrit, comme Bella e perduta , avec Maurizio Braucci, Martin Eden est sorti en septembre 2019 en Italie avec un grand succès public, et en octobre en France où il a été également bien accueilli, après une sélection officielle au festival de Venise. Il s’agit donc de l’adaptation du roman éponyme de Jack London (1909), que beaucoup de lecteurs p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Simone CHAMBON, « LONDON JACK - (1876-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jack-london/