ITCHŌ HANABUSA (1652-1724)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hanabusa Itchō est l'incarnation même de l'esprit d'une époque et son œuvre, le reflet d'une atmosphère culturelle.

Avec ses contemporains Ogata Kōrin (1658-1716) et Hishikawa Moronobu (mort vers 1694), il forme le groupe le plus significatif de l'époque Genroku (1688-1704), cet âge d'or de la culture Edo. Tous trois connurent la gloire de leur vivant et leur art exprime un même climat social et culturel : montée d'une bourgeoisie économiquement puissante, épanouissement d'une culture originale, citadine et d'inspiration populaire, mécénat d'une élite bourgeoise qui se substitue à l'aristocratie. Mais chacun d'eux représente un courant différent : Kōrin interprète magistralement la grande peinture décorative, Moronobu fonde le courant populaire de l'Ukiyo-e ; Itchō, quant à lui, rénove la tradition académique par un art plein d'esprit et en reprenant des thèmes populaires.

Mais alors que Kōrin et Moronobu n'ont cessé d'être appréciés, tant au Japon qu'en Occident, l'œuvre d'Itchō a subi un déclin d'intérêt. L'éclipse actuelle d'un artiste aussi talentueux est uniquement due, semble-t-il, au fait que son œuvre est trop conditionnée par l'esprit de son temps et que sa verve a un caractère trop national pour se faire priser à sa juste valeur à l'étranger.

D'une formation traditionaliste à un art personnel

Né à Ōsaka, fils de médecin, Itchō vint s'installer à Edo, avec sa famille, à l'âge de quinze ans. Il entra très tôt dans l'atelier de Kanō Yusunobu (1613-1685), le jeune frère de l'illustre Tanyū. Mais il manifesta tout de suite un caractère non conformiste, son tempérament artistique regimba aux conventions de l'école et son indépendance d'esprit le brouilla rapidement avec son maître. Considéré dès lors comme un renégat de l'école Kanō, il poursuivit sa carrière à sa guise. À en juger par certaines de ses œuvres, il étudia le style de l'école Tosa, s'intéressa aux mouvements chinois, mais son passage dans l'atelier des Kanō l'avait marqué fortement. En réaction toujours plus nette contre l'académisme, son style prit une allure [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : conservatrice des collections Japon, Chine et Corée aux Musées royaux d'art et d'histoire, Bruxelles, gestionnaire des musées d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  ITCHO HANABUSA (1652-1724)  » est également traité dans :

BUNCHŌ TANI (1764-1840)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 858 mots

Dans le chapitre « L'influence chinoise »  : […] Très jeune, il manifesta des dispositions pour la peinture, que son père, samouraï et fin lettré, lui fit apprendre chez Katō Bunrei (1706-1782). Ce dernier le forma aux traditions de l'école Kanō. Mais cet adolescent talentueux ne pouvait suivre l'enseignement d'une école vivant d'une tradition bien établie sans chercher à la renouveler. Esprit curieux, le jeune Bunchō voulut parachever sa format […] Lire la suite

BUSON YOSA (1716-1783)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 245 mots

Dans le chapitre « Influences »  : […] Buson ne se réclame d'aucun maître et sa période de formation reste peu connue. Dans les milieux de poètes et d'artistes de la capitale, il dut cependant voir des œuvres de Hanabusa Itchō († 1724), peintre bourgeois qui avait été un ami de Bashō. La plus ancienne de ses peintures, Réunion de poètes (1736-1741), montre qu'il emprunta à Itchō ses coloris légers, mais sa composition s'inspire de gra […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Chantal KOZYREFF, « ITCHŌ HANABUSA (1652-1724) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/itcho/