LURIA ISAAC (1534-1572)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surnommé « Ha Ari » (le Lion sacré), Isaac ben Salomon Luria fut, avec Cordovero, la personnalité la plus impressionnante du centre kabbalistique de Safed. Il descendait d'une famille ashkénaze originaire de Pologne et d'Allemagne, venue s'installer à Jérusalem. Après la mort de son père, il fut conduit en Égypte, où il étudia sous la direction de Bezalel Askenazi et de David ben Salomon ibn Zimra, tout en se livrant au commerce. Il s'engagea alors dans l'étude de la kabbale en menant une vie ascétique sur une île du Nil, près du Caire, approfondissant le Zohar et les autres œuvres de la science ésotérique.

En 1561 ou 1570, il s'établit auprès de Cordovero à Safed. Dès lors, il élabore son propre système ; et, en 1570, après la mort de Cordovero, Hayym Vital est le principal et le plus célèbre des trente disciples qu'on lui connaît et qui étudient auprès de lui le Talmud et la kabbale. La tradition fait état à cette époque des révélations qu'il aurait eues du prophète Élie et de l'Esprit-Saint. Tout son enseignement demeure oral, qu'il s'agisse de la kabbale théosophique ou de ses méditations sur les prières et l'unification des sefirot. Luria meurt d'une épidémie, à Safed, le 13 juillet 1572.

Ses doctrines nous sont parvenues à travers quatre éditions différentes, si on laisse de côté les innombrables légendes répandues autour de sa personne. La première est celle de Moïse Jonas de Safed, qui est contenue dans le livre Kanfē Yōnah (Ailes de la colombe). L'exposé en est clair, mais il omet certaines doctrines, notamment celles du Ṣimṣūm (Contraction). Une autre tradition est celle de Joseph ibn Tabul, laquelle apporte plus de précisions sur le Ṣimṣūm que Joseph Vital lui-même. Ce dernier reste cependant la source fondamentale des enseignements de Luria ; il les a rassemblés dans son ‘Eṣ Ḥayyim (Arbre de vie), qui a été rédigé entre 1573 et 1576 et dont il existe différentes recensions ; l'une d'elles fut complétée par Samuel Vital, le fils de Joseph, sous le nom de Shěmonēh Shě‘arim (Les Huit Portes). Une dernière version des enseignements de Luria, résultant de l'entremêlement des trois précédentes avec une réinterprétation fortement marquée par le néo-platonisme, fut diffusée par Israël Sarug, qui est le véritable auteur des Limmūde Aṣilūt (Doctrines concernant l'émanation), publiées sous le nom de H. Vital.

La kabbale lurianique marque un retour offensif du courant gnostique dans l'histoire de la kabbale. Elle substitue à l'idée d'une émanation conçue comme une manifestation progressive du Dieu caché (‘En Sōph) l'idée selon laquelle l'acte premier du drame de la Création fut une occultation et une limitation du divin, opération qui, nommée Ṣimṣūm (Contraction), fait émerger les racines de la rigueur (Dīn) et permet au monde d'exister. Ce n'est qu'après cet acte de retrait donnant place à ce qui va être créé que de Dieu émane une mesure cosmique qui, en se liant à un résidu de la lumière divine, entame un processus dialectique d'où procéderont tous les mondes.

Le premier être qui procédât de la lumière fut l'« Adam Kadmon » (le Proto-Anthropos). Une deuxième doctrine fondamentale est celle de la « brisure des vases » (Sevirrat ha-Kēlim). À un certain moment du processus, les lumières des sefirot durent être captées dans des vases spécifiques. Si tout s'est bien passé pour les trois premiers niveaux d'être, il n'en alla pas de même des suivants : les vases destinés à les emmagasiner ne purent supporter la lumière des six dernières sefirot (la difficulté étant moindre, mais réelle encore, pour le septième vase), et ils se brisèrent. Une partie de la lumière remonta, tandis que le reste se répandait en bas, parmi les Kělipōt (les coquilles), le domaine sombre du mal.

Après le moment dramatique de la brisure des vases commence l'œuvre de réparation (Tiqqūn), qui vise à restaurer et à restituer la perfection de ce qui a été dévasté. La première manifestation en est l'apparition de nouvelles structures, les Parṣūfim (littéralement, les Faces), qui se substituent aux sefirot, comme principales manifestations de l'Adam Kadmon. Mais le Tiqqūn ne peut s'achever que par l'action de l'homme telle qu'elle se trouve ordonnée par la Tōrah ; ainsi s'explique l'aspect messianique et eschatologique de la doctrine : le Messie n'apparaîtra que lor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  LURIA ISAAC (1534-1572)  » est également traité dans :

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mystique théosophique et la kabbale »  : […] Le mouvement mystique (ou plus exactement théosophique) qui apparut dans le judaïsme en plein xii e  siècle ne saurait être réduit à une simple réaction contre l'intellectualisme. On est en réalité en face d'une résurgence d'éléments dont le dynamisme réel n'avait pu se déployer, en des domaines et des milieux juifs que les historiens connaissent encore mal. À partir du xii e siècle se manifestèr […] Lire la suite

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « L'école de Safed et Isaac Luria »  : […] À partir de 1530, le centre du renouveau doctrinal est Safed, petite ville de Galilée. Les idées théosophiques pénètrent toutes les disciplines ; même des juristes comme Joseph Karo se situent sur le terrain de la kabbale et se réclament, comme plusieurs de leurs contemporains, de révélations personnelles. Le penseur le plus significatif de la première période de Safed est Moïse Cordovero (1522-1 […] Lire la suite

SABBATAI TSEVI (1626-1676)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 404 mots

Dans le chapitre « L'interprétation de la crise sabbataïste »  : […] Il convient de se demander si Sabbatai Tsevi avait une conscience de son caractère messianique identique à celle que lui attribuait Nathan de Gaza et qui devait être reprise par le mouvement sabbataïste ultérieur. La doctrine, en effet, allait se radicaliser. Selon Gershom Scholem, Sabbatai Tsevi n'eut jamais les capacités intellectuelles de son prophète, même si ses disciples, après sa mort, se […] Lire la suite

SHNEUR ZALMAN DE LADI (1745-1813)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 470 mots

Fondateur du hassidisme rationnel appelé ḤaBaD (acrostiche des mots hokhmah , binah , da‘hat , c'est-à-dire sagesse, compréhension, connaissance), Shneur Zalman est né à Liozna, dans le gouvernement de Moghilev (Biélorussie). Après avoir reçu une formation de talmudiste et étudié les mathématiques, l'astronomie, la philosophie et la kabbale, il devint un adepte du système kabbalistique de Luria, c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « LURIA ISAAC - (1534-1572) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-luria/