OCHIAOURI IRAKLI (1924- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste géorgien d'origine khevsoure, né le 20 novembre 1924 à Tbilisi, Irakli Ochiaouri, qui pratique différentes techniques, s'est particulièrement illustré dans le travail du métal repoussé et martelé (cuivre, laiton, entre autres). À partir de 1969, il enseigne à Tbilissi. Bien qu'il soit grand admirateur de Modigliani et d'autres peintres modernes, l'artiste puise son inspiration dans la culture, si originale et si vigoureuse, de son pays natal. Les motifs de ses œuvres, qu'ils soient humains ou animaliers, sont profondément enracinés dans l'histoire, le folklore et l'ethnographie nationales, ainsi que dans la vie du peuple géorgien. Stylisés, dépouillés, très décoratifs et cependant si pleins de vie, tous les thèmes que traite l'artiste révèlent la recherche de la beauté idéale, évoquent la grandeur de la Géorgie, son passé héroïque et chevaleresque. La vie du peuple géorgien et la culture russe lui sont également familières. Famille géorgienne, danses nationales, visages et corps de femmes, fauves formant une frise décorative et rappelant, sans archaïsation excessive, le style animalier de l'art de la Transcaucasie antique, tels sont les thèmes favoris de l'artiste, auxquels s'ajoutent quelques emprunts à l'épopée géorgienne. Ochiaouri a créé de nombreux panneaux décoratifs pour des bâtiments publics de Tbilissi (palais des Mariages) et travaille aussi pour des particuliers (bijoux).

—  Jean BLANKOFF

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut de philologie et d'histoire orientales et slaves, Bruxelles

Classification


Autres références

«  OCHIAOURI IRAKLI (1924- )  » est également traité dans :

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les arts du métal »  : […] À l'Âge du bronze moyen (env. 1500 av. J.-C.), de nombreuses techniques avaient été mises au point dans le domaine de la métallurgie en Géorgie : coulage, forgeage, repoussage, découpage, estampage, polissage et brunissage. On connaissait aussi les bijoux niellés. Certains objets d' or et certains filigranes trouvés dans les sépultures trialeti rappellent les modèles sumérien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_14470

Pour citer l’article

Jean BLANKOFF, « OCHIAOURI IRAKLI (1924- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irakli-ochiaouri/