INVASIONS BIOLOGIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bilan et perspectives

L'un des premiers exemples de lutte contre les invasions biologiques est sans doute celui d'une espèce de cochenille (originaire du Brésil) introduite en Inde en 1836 pour contrôler une espèce de figuier de Barbarie. Depuis, les programmes se sont multipliés et diversifiés, bien que la sensibilisation générale à ce problème, au niveau international, ne remonte qu'aux années 1980. En France, l'élimination des surmulots (Rattus norvegicus) de l'île bretonne de Rouzic a été mise en œuvre au début des années 1950 ; de 1992 à 2002, treize opérations semblables concernant des mammifères ont été conduites sur onze archipels (quarante-sept îles) et ne se sont soldées que par trois échecs. La Nouvelle-Zélande, quant à elle, particulièrement affectée par les invasions, a généralisé les programmes d'éradication. De la fin des années 1910 jusqu'en 1995, 161 avaient été lancés et 113 réussis. C'est aussi dans ce pays, à Auckland, que s'est tenue, en février 2001, la première conférence internationale sur l'éradication d'espèces invasives insulaires. Quarante-sept cas ont été présentés dont plus de la moitié ayant été résolus. Il s'agissait essentiellement d'envahisseurs mammaliens (souris, rats, lapins, chèvres, sangliers et chats) pour lesquels une lutte chimique (parfois couplée à la lutte manuelle et mécanique) avait été privilégiée.

La lutte biologique est plus délicate à mettre en œuvre. Dans la majorité des cas, elle n'a pas été probante jusqu'à présent, même si de nombreux contre-exemples existent. Plus de 6 000 programmes – impliquant un millier de prédateurs, de parasites et d'agents pathogènes – ont été lancés pour lutter contre quelque cinq cents espèces d'insectes, et un millier d'opérations faisant intervenir trois cents espèces d'insectes ou d'agents pathogènes, pour tenter de contrer ou d'éliminer cinquante espèces végétales. On estime que moins d'un tiers des insectes entomophages introduits pour lutter contre les invasions réussissent à s'implanter et que la moitié seulement des phytophages parviennent à s'établir. De plus faibles proportions encore d'insectes et, surtout, de micro-organismes toucheraient réellement leur cible.

La lutte chimique peut donner de bons résultats pour des mammifères (comme le montre le bilan de la conférence d'Auckland). Mais elle est plus problématique lorsqu'elle s'applique aux insectes, leurs importantes fluctuations d'abondance ne facilitant pas l'éradication. De plus, ces animaux développent souvent des résistances, par mutation, aux produits utilisés, ce qui nécessite la recherche de nouveaux agents toxiques pour les traiter.

La lutte contre les invasions biologiques peut donc être longue et difficile. Mais, une fois que l'espèce envahissante est repérée (par ses premiers impacts et/ou la connaissance de ses nuisances dans d'autres biotopes) et les moyens de la combattre authentifiés, la solution la plus efficace et la moins coûteuse devrait être de l'éliminer rapidement. C'est loin pourtant d'être toujours le cas. Les sociétés ont nettement tendance à négliger les menaces biologiques surtout lorsqu'elles ne concernent pas les intérêts immédiats de l'espèce humaine (en l'occurrence l'agriculture et la santé publique, deux domaines où la lutte anti-invasive est considérée comme prioritaire). De fait, les risques pesant sur la biodiversité sont encore loin de susciter toutes les réponses satisfaisantes au regard des lignes directrices qui ont pu être proposées. La coopération entre les États reste faible ; les systèmes d'alerte, l'information du public, la coopération des secteurs professionnels et, d'une manière générale, la prévention sont insuffisants ; les législations anti-invasives et/ou leurs textes d'application restent limités ; les ressources nécessaires aux programmes font souvent défaut, sans parler de la volonté des pouvoirs publics. L'adhésion de certains secteurs de la société n'est pas acquise a priori : des associations peuvent faire suspendre ces programmes (comme cela s'est passé dans les années 1990 pour l'éradication de l'écureuil gris en Italie) et des particuliers se montrent fréquemment réticents vis-à-vis des interventions effectuées sur leurs propriétés. Des progrès structurels sont toutefois enregistrés. Ainsi, le système des listes commence à se répandre. L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont été les premiers pays à créer des listes blanches pour les plantes ; les îles Hawaii ont fait de même pour les animaux ; les États-Unis ont ins [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Espèces invasives dans le monde

Espèces invasives dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Espèces invasives en France

Espèces invasives en France
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : journaliste scientifique, expert de l'Union mondiale pour la nature

Classification

Autres références

«  INVASIONS BIOLOGIQUES  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Forêt sèche et savane »  : […] La zone tropicale à saisons sèches et humides alternées est le domaine des savanes et des forêts sèches. Le climax paraît bien être ici la forêt sèche aux arbres à feuilles caduques : forêt claire, miombo au Katanga, forêt dense sèche. En Afrique australe et à Madagascar, de nombreuses espèces d'euphorbes arborées ajoutent à la diversité floristique. Les arbres de forêt sèche dépassent rarement […] Lire la suite

CATASTROPHES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 7 340 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'analyse des catastrophes »  : […] Si les failles dans les systèmes évoquées plus haut se retrouvent systématiquement à la lecture des faits, il s'agit le plus généralement d'une succession de ces erreurs. C'est ce que les spécialistes du risque (risk managers, cindyniciens...) appellent l'arbre des événements ou arbre des défaillances. Le retour d'expérience consiste à recenser l'ensemble des erreurs possibles, à étudier leurs en […] Lire la suite

CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 845 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes biologiques et écologiques »  : […] Une épidémie est la propagation d’une maladie infectieuse transmissible (sida, choléra, tuberculose, légionellose, paludisme, peste, grippe, SRAS, ebola, etc.) à un grand nombre de personnes. Une épizootie est une épidémie chez les animaux (maladie de la « vache folle », rage, fièvre aphteuse, etc.). Les épidémies sont de loin les catastrophes naturelles les plus meurtrières : à titre d’exemple, […] Lire la suite

CAULERPA TAXIFOLIA

  • Écrit par 
  • Alexandre MEINESZ
  •  • 747 mots

L' algue verte tropicale Caulerpa taxifolia est apparue en Méditerranée en 1984, au pied du Musée océanographique de Monaco où elle était cultivée dans ses aquariums. Observée sur un mètre carré cette année-là, elle s'est développée sur un hectare en 1989. Elle s'est ensuite répandue très rapidement le long des côtes françaises, italiennes, croates, espagnoles (Baléares) et tunisiennes. Durant l […] Lire la suite

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 137 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les recensements : un outil pour le gestionnaire de l'environnement »  : […] Si la crise de la biodiversité est globale, les solutions passent nécessairement par les acteurs locaux. Et pour bien protéger et gérer, il faut bien connaître. Parmi l'ensemble des espèces présentes, un gestionnaire de l'environnement doit établir des priorités en s'appuyant sur des connaissances issues des recensements. Le statut de conservation d'une espèce dans une zone donnée se mesure à part […] Lire la suite

FRELON ASIATIQUE

  • Écrit par 
  • Franck MULLER
  •  • 643 mots
  •  • 1 média

Le frelon asiatique à pattes jaunes , Vespa velutina var. nigrithorax , a été observé en France pour la première fois en 2004 à Tonneins (Lot-et-Garonne), dans la région Aquitaine. Une ou plusieurs reines fondatrices seraient vraisemblablement arrivées avec des poteries importées de Chine. Cet insecte se distingue de l'espèce autochtone par sa plus petite taille (moins de trois centimètres), la […] Lire la suite

LAPIN

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Mammifère, sauvage ou domestique, répandu dans le monde entier et adapté à tous les biotopes. Classe : Mammifères. Ordre : Lagomorphes. Famille : Léporidés. Bien qu'il « ronge » tout ce qu'il trouve, le lapin n'est pas un rongeur ; il s'en différencie notamment par sa denture. Il possède un corps arrondi et des pattes robustes. Parfois confondu avec le lièvre, qui appartient à la même famille, il […] Lire la suite

LUTTE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Guy RIBA, 
  • René SFORZA, 
  • Christine SILVY
  •  • 7 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lutte biologique par acclimatation »  : […] La lutte biologique par acclimatation, ou lutte biologique classique, correspond à l'installation durable d'une population d'auxiliaires prélevés dans un écosystème et introduits dans un autre. Elle est dite inoculative lorsque l'auxiliaire est relâché pour contrôler les pullulations des ravageurs sur le court terme. Cette stratégie vise à anticiper précocement l'attaque significative de la plant […] Lire la suite

ORTHOPTÈRES ET DERMAPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 4 000 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le grégarisme chez les orthoptères »  : […] Bien qu'il n'intéresse que cinq ou six espèces d' acridiens, le grégarisme est peut-être le phénomène le plus intéressant de la biologie des orthoptères, tant au point de vue théorique que par ses conséquences pratiques qui conduisent les criquets nommés à tort « migrateurs » à effectuer des déplacements importants, en bandes immenses qui ravagent tout sur leur passage. Les seules espèces grégair […] Lire la suite

PESTE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 512 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un lien entre organismes invasifs et pestes »  : […] Pourquoi le mot peste conserve-t-il un sens aussi imprécis, pourquoi s'applique-t-il à des objets très variés ? On parle encore couramment de peste bovine , équine, porcine, aviaire, de pseudo-peste aviaire ou porcine, etc. On écrit parfois encore que la fièvre aphteuse est une peste. Ces pestes animales ont en commun avec la peste humaine leur grande contagiosité et leur mortalité souvent élevée. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain ZECCHINI, « INVASIONS BIOLOGIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/invasions-biologiques/