IBN KHALDŪN (1332-1406)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Perspectives d'une réflexion

La première démarche d'Ibn H̲aldūn fut d'ordre épistémologique : assigner à l'histoire une place dans l'organisation du savoir d'où elle était absente. D'autre part, définissant son objet comme étant la réalité vécue des hommes, il fixe les limites et les modes d'une investigation propre à établir l'intelligibilité historique. Mais il bannit d'un dessein rationnellement fondé toute spéculation philosophique et la quête d'une finalité. La réflexion sur la matière historique, ses phénomènes, ses lois d'évolution, n'inclut pas de problématique philosophique nouvelle. Contenu dans les limites conceptuelles de son époque, son dessein se veut explicatif d'une réalité socioculturelle, il ne s'établit pas dans la perspective d'un devenir.

Le réel étant la source unique de l'intelligible, Ibn H̲aldūn entend saisir les rapports de causalité qui régissent ce réel. Ainsi naît en lui la conception d'une science neuve, celle du ‘umrān, étude d'une sociabilité naturelle, qui permet de comprendre le mécanisme des comportements historiques, mais, surtout, déborde la singularité des faits pour les replacer dans la totalité qui les contient. Établissant les références multiples de ces faits, il veut ainsi reconnaître et respecter leur insertion dans un enchaînement structurel.

Ce rationalisme de la démarche, s'il exclut tout examen de la nature humaine, semble se détourner également de tout recours à un fondement religieux. Le comportement socio-politique du groupe, tel qu'il est décrit dans la Muqaddima, s'analyse comme suit : naissance d'une ‘aṣabiyya, cohésion de sang, identité d'intérêts et de comportements, qui fonde un groupe ; celui-ci est soumis à la dynamique d'une évolution qui cristallise sa puissance ; le groupe cherche à imposer sa souveraineté (mulk). À ce moment entre en jeu un autre facteur de civilisation : la religion, superstructure soumise à des déterminations de base (géographiques, socio-économiques, etc.) et à leurs sollicitations. À chaque phase de l'évolution sociale correspond donc un type [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  IBN KHALDUN (1332-1406)  » est également traité dans :

IBN BAṬṬŪṬA (1304-1368 ou 1377)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 178 mots

Écrivain arabe et l'un des plus grands voyageurs de tous les temps, Ibn Baṭṭūṭa est l'auteur d'un récit de voyage ( Riḥla ) qui, par l'ampleur du champ parcouru et les qualités du récit, constitue une des œuvres de la littérature universelle ( Riḥla , édition et traduction française par C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, 4 vol., 1853-1859 ; rééditi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-battuta/#i_14667

IBN GUZMAN (1095 env.-1160)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 258 mots

Dans le Libro de las banderas de los campeones , de Ibn Sa‘īd al-Maghribi, on lit (LVII) : « L'écrivain Abū Bakr Muḥammad ben ‘Īsā ben ‘Abd al-Malik Ibn Ḳuzmān, célèbre pour ses zadjals , appartenait à une famille à la fois noble et lettrée. On me récita ces vers-ci, qui sont de lui : « Délicieuse à manger, la rave ; mais qui s'en régale est vente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-guzman/#i_14667

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 147 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les temps difficiles »  : […] Les temps difficiles qui suivent le milieu du xi e  siècle et culminent à la date terrible de 1258 se traduisent par deux réactions : le repli sur la mémoire, le chemin sur des voies sûres et balisées ou, à l'inverse, l'exploration des temps nouveaux. Témoignage de ce que l'on fut ou de ce que l'on est, avec le souci, et même la fébrilité, de compi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-sciences-historiques-et-geographiques/#i_14667

SPÉCULAIRE & SPECTACULAIRE, littérature et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 527 mots

En minéralogie, on qualifie de spéculaires les pierres qui réfléchissent la lumière. Encore appelées « miroirs d'âme » par les Anciens, qui en usaient pour garnir les croisées des maisons ou les bords des litières, elles ont donné naissance à la science spéculaire, celle qui enseigne à faire des miroirs ( specularis de speculum  : miroir). Le miro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculaire-et-spectaculaire-litterature-et-psychanalyse/#i_14667

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « IBN KHALDŪN (1332-1406) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khaldun/