HYKSÔS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Continuité de la civilisation égyptienne

Les Égyptiens, de la XVIIIe dynastie jusqu'à Manéthon, s'accordent pour faire de l'époque hyksôs une période d'abomination. Les faits ne justifient guère ce jugement. Les Hyksôs, en effet, respectèrent la civilisation égyptienne et, en fait, l'adoptèrent. On ne voit plus dans leur pénétration en Égypte une invasion militaire conduite par des troupes bien organisées et supérieurement armées, devant lesquelles se serait effondrée l'armée égyptienne dépourvue du char et du cheval, et ne disposant que de dagues de cuivre en face de l'armement de bronze de ses ennemis. De même, on ne croit plus aux « forteresses » hyksôs du Delta et du Proche-Orient. Ce n'est qu'à la fin de leur occupation de l'Égypte que les Hyksôs introduisirent dans la vallée du Nil le char de guerre, de nouveaux types de dagues et d'épées, le bronze et le redoutable arc « composé », d'origine asiatique. Semblables innovations leur servirent à essayer, d'ailleurs en vain, de maintenir leur pouvoir contre l'agitation croissante de leurs sujets égyptiens.

En fait, l'occupation hyksôs paraît s'être appuyée sur le consentement d'une partie importante de la population autochtone. Les nombreuses tombes d'époque hyksôs fouillées en Égypte ne donnent pas l'impression d'une intrusion massive d'étrangers ; il n'y a pas de changement brutal dans les coutumes funéraires, et les cadavres qui pourraient appartenir à des races étrangères sont peu nombreux. La céramique de Tell-el-Yahoudiyeh, que l'on a longtemps crue associée à l'invasion hyksôs, apparaît en Égypte bien avant celle-ci ; c'est une poterie d'importation qui ne doit rien aux envahisseurs.

En résumé, la présence hyksôs a consisté davantage en une mainmise sur l'appareil politique de l'Égypte plutôt qu'en une éviction des Égyptiens d'origine. Beaucoup de ces derniers ont dû, non seulement tolérer, mais servir le gouvernement des rois hyksôs.

Installés en Égypte, les Hyksôs empruntèrent beaucoup à leurs hôtes. Leurs souverains utilisèrent l'écriture hiéroglyphique, ils adoptèrent les dieux égyptiens. S'ils eurent une préférence pour Seth, qu'ils assimilèrent à Baal ou à Reshep, cela ne les empêcha pas d'adorer le dieu Rê. Khyan se déclare « Fils de Rê », mais Apophis va plus loin encore en se disant « Fils charnel de Rê », s'identifiant ainsi à un pharaon de droit divin. En réalité, les Hyksôs, loin d'être les barbares décrits par les sources égyptiennes, avaient une longue tradition de vie urbaine derrière eux. Ils entreprirent la construction d'édifices et de temples. Les statues, stèles et autres œuvres d'art de leur époque, sans avoir la beauté des chefs-d'œuvre du Moyen Empire, sont loin d'être négligeables du point de vue artistique. C'est à la période hyksôs qu'on doit quelques-unes des meilleures copies d'œuvres littéraires ou scientifiques égyptiennes. Tout se passe donc comme si les rois hyksôs avaient, en fait, encouragé la vie intellectuelle de l'Égypte.

La présence hyksôs ne fut pas sans avantages pour l'Égypte. Grâce à elle s'établirent de nombreux liens de sang, de culture, de philosophie même, entre la vallée du Nil et le Proche-Orient asiatique, liens qui ne furent pas rompus, bien au contraire, par les pharaons du Nouvel Empire. Elle s'accompagna également d'innovations plus matérielles : si les Hyksôs n'apportèrent pas le cheval, connu en Égypte avant leur venue, ils en répandirent l'utilisation, de même que celle du bronze. Ainsi, ils procurèrent à l'Égypte les moyens de conquérir ce qui sera l'empire égyptien au Nouvel Empire.

Après environ un siècle et demi d'existence, la domination hyksôs sur l'Égypte s'effondra rapidement sous les coups des princes de Thèbes qui, de vassaux qu'ils étaient, prirent le titre de rois de Haute et Basse-Égypte. Dès 1680, Seqenenre le Brave commença la guerre de libération que ses fils, Kamosis puis Ahmosis, poursuivirent. Malgré un essai d'alliance avec les rois soudanais du Pays de Kouch, Apophis et son successeur Khamudi, le dernier roi hyksôs, sont peu après rejetés hors d'Égypte. Vers 1550, Avaris, la capitale hyksôs, est prise, et l'armée égyptienne d'Ahmosis Ier poursuit son avance jusqu'en Palestine, mettant un terme à l'emprise hyksôs sur l'Égypte.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de l'université de Lille

Classification

Autres références

«  HYKSÔS  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'effondrement et les Hyksos (1800-1600) »  : […] Comment cette remarquable civilisation sombra-t-elle ? Les documents sont trop fragmentaires et trop rares pour le savoir. Durant la XIII e dynastie encore, les pharaons règnent sur le pays tout entier, mais on constate déjà que leur nombre est considérable. Auraient-ils été souvent détrônés par des compétiteurs ? La succession paraît bien ne pas avoir été assurée régulièrement. La XIV e dynasti […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Empire »  : […] Si le Moyen Empire est l'un des temps forts de l'histoire et de la civilisation égyptiennes et se trouve relativement bien connu, des découvertes restent possibles, même sur des sites aussi étudiés que Dahshour. Une mission dirigée par D. Arnold, qui poursuit des travaux dans le secteur du complexe pyramidal d'Amenemhat III (XII e  dynastie, vers 1800 av. J.-C.), a retrouvé dans la pyramide les ca […] Lire la suite

MERCENAIRES

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 5 166 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mercenaires-auxiliaires de l'Antiquité »  : […] En Égypte, sous l'Ancien Empire (2815-2400), les pharaons s'appuient, en l'absence d'armées permanentes, sur des contingents nationaux mais surtout sur des combattants issus des peuples conquis ou soumis, tels les Nubiens et les Libyens. D'autres nations influent sur l'évolution de l'armement et des techniques militaires. C'est le cas notamment des Hyksôs, peuple ouest-sémitique d'origine nomade, […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du xviiie siècle au milieu du xvie : le Bronze moyen II, les Hyksôs »  : […] Au début du xviii e  siècle, l'Empire égyptien d'Asie s'effondre sous le règne effacé des derniers pharaons de la XII e  dynastie, et l'on ne trouvera pas mention, si ce n'est peut-être une fois, de l'Égypte dans les archives diplomatiques et commerciales de Mari. L'Égypte subit alors une invasion de populations asiatiques qui la plonge dans le désordre : c'est la Deuxième Période intermédiaire, q […] Lire la suite

SETH, religion égyptienne

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 854 mots
  •  • 1 média

Dieu de l'Égypte ancienne, Seth (également appelé Set, Setekh ou Setesh) est le patron de Nubt, le xi e  nome, ou province, de Haute-Égypte. Son culte commence à Nubt (appelée Ombos en grec), dans la région de l'actuelle ville de Tukh, sur la rive gauche du Nil. Avec son grand cimetière dans le faubourg de Naqada, Nubt est le principal centre urbain de la période prédynastique de la Haute-Égypte. […] Lire la suite

TANIS

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  •  • 533 mots

Les ruines de l'ancienne ville de Tanis, berceau des rois de la XXI e  dynastie et dont le nom est à plusieurs reprises mentionné dans la Bible, forment un ensemble de 177 hectares ; elles occupent le site actuel de Tell San el-Hagar, près du lac Menzaleh dans le Delta oriental, une localisation établie dès 1722 par le père Sicard et confirmée par les membres de la Commission des sciences et des a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VERCOUTTER, « HYKSÔS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hyksos/