VERNET JOSEPH (1714-1789)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du peintre et décorateur Antoine Vernet, Joseph Vernet s'imposa rapidement comme peintre de marines. En 1734, il accomplit son premier voyage en Italie où il admire l'art ample et lumineux de Claude Lorrain et les œuvres dramatiques et pittoresques de Salvator Rosa. Après différents séjours à Rome et à Naples, il quitte définitivement l'Italie en 1753. Ses scènes de naufrages, de couchers de soleil et d'incendies révèlent une observation particulièrement aiguë de la lumière et de l'atmosphère. Comme son compatriote Hubert Robert, il répondait à l'engouement du public pour les paysages idéalisés, d'une sentimentalité un peu excessive. Après son retour à Paris, il devint membre de l'Académie de peinture et fut chargé par le marquis de Marigny, directeur des Bâtiments royaux, de peindre les vingt-deux Port de France ; les quinze toiles qu'il exécuta permettent de voir en Joseph Vernet un représentant inégal mais intéressant du védutisme français. Parmi ses nombreux disciples et imitateurs, il faut citer Lacroix de Marseille, François Hue, Richard Wilson et Jacob Hackert.

—  Viviane MARKHAM

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VERNET JOSEPH (1714-1789)  » est également traité dans :

MARINE, genre pictural

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facteurs spécifiques, de caractères historique, social […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine-genre-pictural/#i_38458

VÉDUTISTES

  • Écrit par 
  • Giuliano BRIGANTI
  •  • 4 225 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La France »  : […] Le védutisme français, qui apparaît au cours de la seconde moitié du xviii e  siècle, est le seul estimable après la grande école vénitienne. Pierre de Nolhac, dans son ouvrage Peintres français en Italie , semble attribuer à Hubert Robert et à Fragonard le mérite d'avoir encouragé, les premiers, la représentation de Rome e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedutistes/#i_38458

Pour citer l’article

Viviane MARKHAM, « VERNET JOSEPH - (1714-1789) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-vernet/