HOKKAIDŌ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hokkaidō (littéralement « la route de la mer du Nord »), anciennement appelée Yeso ou Ezo, est à la fois une île, un département et une région du Japon dont le chef-lieu est Sapporo. Avec ses 83 456 kilomètres carrés, il s'agit de la deuxième île la plus vaste de l'archipel, derrière Honshū, mais devant Kyūshū et Shikoku. C'est également la plus septentrionale du bloc central-insulaire (hondō) : son climat est de ce fait tempéré froid, avec des hivers rigoureux et des étés plutôt doux. Le département d’Hokkaidō est le plus étendu du Japon, mais n'est pas le plus peuplé. Ne concentrant que 5,38 millions d'habitants (en 2015), sa densité est nettement inférieure à la moyenne nationale : échappant au mythe du manque de place, Hokkaidō compte de nombreuses contrées très peu peuplées.

Japon : carte administrative

Carte : Japon : carte administrative

Carte administrative du Japon. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Occupée à l'origine par les Aïnous (aussi appelés Emishi), peuple originaire d'Asie du Sud-Est venu s'installer au cours de la période Jōmon (15 000 à 300 av. J.-C.), Hokkaidō a été une terre de conquête japonaise tardive, qui n'a débuté timidement qu'à partir du début du xviie siècle avec la remontée vers le nord d'un front pionnier agricole et de populations de pêcheurs attirées par ses eaux poissonneuses. Ce n'est toutefois qu'au xixe siècle qu'une réelle dynamique migratoire est mise en place.

À la restauration de Meiji en 1868, un groupuscule fidèle au shōgunat des Tokugawa déclare l'indépendance de l'île en fondant l'éphémère république d'Ezo. L'initiative est écrasée l'année suivante par le pouvoir impérial. La colonisation d'Hokkaidō qui suit a surtout pour objectif de contenir la pression russe que la conquête de la Sibérie amène aux portes de l'île. Hokkaidō est alors divisée en onze provinces qui fusionnent en 1882 pour former trois départements (Hakodate, Sapporo et Nemuro), qui sont à leur tour regroupés en 1886 en un seul. Les limites du département d'Hokkaidō ainsi constitué ne sont plus modifiées, à l'exception de la perte des îles Kouriles (Chishima rettō en japonais), annexées par l'URSS à la suite de la Seconde Guerre mondiale et depuis lors réclamées à la Russie.

Dans un premier temps, l'arrivée de populations nouvelles organisée par la commission de colonisation se concentre dans le sud-ouest de l'île, entre Hakodate et Sapporo – cette dernière ayant été choisie en 1885 comme centre administratif et politique de la région. Plus à l'est et au nord, des soldats-colons sont installés sur des terres qui leur sont cédées contre l'obligation de les cultiver et de défendre la présence japonaise. La population totale croît assez rapidement dans la première moitié du xxe siècle, repoussant les Emishi de plus en plus loin dans les terres. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Hokkaidō comptait près de 3 millions d'habitants, et trois villes de plus de 100 000 âmes : Sapporo, Hakodate et Muroran.

Au cours des années de la Haute Croissance (1955-1973), Hokkaidō est assez peu équipée en comparaison des régions situées sur l'axe du Tōkaidō, à l'exception de sa partie sud-ouest. Sapporo accueille les jeux Olympiques d'hiver en 1972. Un tunnel ferroviaire est aménagé sous le détroit de Tsugaru en 1988 pour faciliter les transports depuis Honshū et désenclaver la région. Les relations avec les autres îles se faisaient jusque-là par voie maritime ou aérienne, avec l'aéroport de Chitose, près de Sapporo. Le Shinkansen (TGV japonais) n'arrive à Hakodate qu'en 2016. Son extension vers Sapporo n'est pas prévue avant 2030, ce qui explique que la ligne aérienne Tōkyō-Chitose soit parmi les plus empruntées du Japon.

L'économie d'Hokkaidō est essentiellement agricole. L'île occupe la première place au Japon pour la pêche, devant le Tōhoku. Elle bénéficie de l'Oyashio, courant froid venant du nord de l'océan Pacifique, riche en ressources halieutiques. La région est également une terre de chasse à la baleine, permise officiellement pour des raisons « scientifiques ». L'agriculture est assez développée : la région produit une part importante du lait, de la viande, des céréales (surtout le blé), et presque la totalité des betteraves du Japon. Cette activité est associée à une agro-industrie locale de transformation et de conditionnement des produits.

Rurale et encore relativement isolée, en particulier en dehors de ses principales villes, l'îl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOKKAIDO  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La mousson japonaise »  : […] L'archipel japonais est, à latitude égale, beaucoup plus humide que la Chine : Kagoshima reçoit 2 153 mm de pluie et Shanghai 1 189 ; Tōkyō 1 553 mm et Kaifeng (Henan) environ 600. En dehors de ce caractère essentiel dû à l'insularité, le Japon jouit d'un été plus chaud et plus humide que ne le laisserait supposer sa situation en latitude. Par contre, l'hiver japonais est original : il est froid m […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une biogéographie riche, de latitudes froide, tempérée et chaude »  : […] L'archipel japonais est allongé de la latitude 46 0  nord à la latitude 25 0  nord, sur plus de trois mille kilomètres. Son extrémité méridionale est donc située à la hauteur du tropique du Cancer, et son extrémité septentrionale à la moitié de l'hémisphère Nord. Cet écart correspond à celui qui s'étend de Terre-Neuve au Canada à Miami en Floride, puisqu'il faut prendre la façade orientale d'un au […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les premiers ateliers de photographie »  : […] La présentation du daguerréotype à l'Académie des sciences, le 19 août 1839, allait de pair avec la volonté de l'État français d'en faire don à l'humanité. Fermé depuis deux siècles à toute relation avec le monde extérieur, le Japon bénéficiera de l'invention par le biais de la présence de quelques Hollandais cantonnés sur l'île artificielle de Deshima, dans le port de Nagasaki. Eux-mêmes étaient […] Lire la suite

L'ART DU GRAND NORD (dir. J. Malaurie) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick PLUMET
  •  • 1 123 mots

En contrepoint à la réflexion sur les arts premiers relancée par Jacques Kerchache et poursuivie avec le musée du quai Branly à Paris, les éditions Citadelles et Mazenod ont publié un somptueux volume consacré à l' Art du Grand Nord (2001). Jean Malaurie, le directeur de l'ouvrage, salue dans son introduction la « Renaissance des peuples premiers ». Mais, s'agissant de l'art, un tel qualificatif […] Lire la suite

SAPPORO

  • Écrit par 
  • Rémi SCOCCIMARRO
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu du département septentrional de Hokkaidō, Sapporo est à la tête de la plus vaste région du Japon. Véritable métropole régionale, elle organise ce territoire qui fut essentiel au xx e  siècle pour l’archipel, tant sur le plan vivrier qu’industriel ou énergétique. Avec 1,9 million d’habitants en 2017, c’est la cinquième ville du Japon et ce fut longtemps la seule ville millionnaire au nord […] Lire la suite

Les derniers événements

5-29 août 2017 Corée du Nord – États-Unis. Accroissement des tensions entre Pyongyang et Washington.

Le 29, après le tir de trois missiles de courte portée trois jours plus tôt, la Corée du Nord procède à un tir de missile de portée intermédiaire au-dessus de l’île japonaise d’Hokkaidō, provoquant le déclenchement du système de prévention de la population en cas de danger. La Corée du Sud mobilise aussitôt ses capacités de riposte militaire. […] Lire la suite

3-28 novembre 1997 Crise financière asiatique. Le Japon et la Corée du Sud frappés à leur tour par la crise financière

Le 16, la banque Hokkaido Takushoku, l'une des dix plus importantes du Japon, se déclare en faillite. La somme de ses créances douteuses est estimée à l'équivalent de 43,5 milliards de francs. Toutefois, la détermination exprimée par le gouvernement de garantir les créances et les dépôts de l'établissement, alliée à sa volonté déclarée d'assainir le système bancaire, provoque, le lendemain, une forte hausse – 7,96 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL, « HOKKAIDŌ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hokkaido/