OBERTH HERMANN (1894-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec le Russe Konstantin Edouardovitch Tsiolkovski, l'Américain Robert Hutchings Goddard et le Francais Robert Esnault-Pelterie, Hermann Oberth est l'un des quatre grands pionniers de l'astronautique. Les idées qu'il émit dans les années 1920 et 1930 furent à l'origine des travaux relatifs aux moteurs-fusées et aux fusées elles-mêmes que l'Allemagne mena pendant la Seconde Guerre mondiale et qui permirent à ce pays de prendre une avance considérable sur les autres nations. La réputation d'Oberth franchit les frontières, au point que ses travaux influencèrent toute une génération de jeunes qui devaient, par la suite, devenir les initiateurs et les responsables des grands projets spatiaux.

Robert Esnault-Pelterie

Photographie : Robert Esnault-Pelterie

Le Français Robert Esnault-Pelterie (1881-1957), aviateur et ingénieur, s'illustra en aéronautique et en astronautique. Il commence dès le début du XXe siècle par construire ses propres appareils, les monoplans baptisés R.E.P. selon ses initiales, puis il met au point le moteur en étoile... 

Crédits : Library of Congress, Washington D.C.

Afficher

Hermann Oberth

Photographie : Hermann Oberth

L'Allemand Hermann Oberth (1894-1989), à gauche, et sa première fusée opérationnelle, en 1931. Il affirmait pouvoir un jour transporter le courrier de Berlin à New York en 24 minutes. On comptait, parmi ses collaborateurs, Nebel et von Braun. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La contribution d'Hermann Oberth à l'astronautique est considérable. Alors que Tsiolkovski était plutôt théoricien et Goddard expérimentateur, Oberth, comme Esnault-Pelterie, eut une approche à la fois théorique et expérimentale. On peut même dire que les théories qu'il développa purent directement être appliquées à la réalisation des fusées. Ainsi, il calcula les vitesses d'éjection des gaz de combustion, les consommations d'ergols ainsi que les durées de vol et les distances parcourues. Il évalua également le nombre optimal d'étages constituant les fusées, les rapports de masses ainsi que les paramètres de fonctionnement des propulseurs chimiques et électriques. Il alla même jusqu'à imaginer une navette spatiale, la Pendelrakete (« fusée-navette »). En matière de technique proprement dite, il faut noter que quatre-vingt-quinze inventions et solutions de Oberth seront appliquées à la construction de l'Aggregat 4, l'une des premières fusées réalisées au centre de recherche allemand de Peenemünde. Cet engin préfigurait déjà les fusées modernes.

Oberth imagina aussi les applications des satellites : télécommunications, observation de la Terre, navigation et météorologie, notamment. Il envisagea aussi l'élaboration de matériaux en microgravité. Indéniablement, Hermann Oberth jeta, presque à lui seul, les bases de toute l'astronautique.

Hermann Oberth naît le 25 juin 1894 à Hermannstadt (aujourd'hui Sibiu, en Roumanie), à une époque où cette ville faisait partie de l'Empire austro-hongrois. Très jeune, il se passionne pour les écrits de Jules Verne et plus particulièrement pour De la Terre à la Lune et Autour de la Lune. En 1913, il commence à Munich des études de médecine, qu'il doit interrompre quand éclate la Première Guerre mondiale. Dès cette époque, il commence à réfléchir à la conception des fusées et à la navigation dans l'espace. En 1917, il propose au ministère de la Guerre allemand la réalisation de missiles à propergols liquides pour le bombardement à longue distance, idée qui sera alors rejetée pour manque de réalisme ! En 1922, alors qu'il étudie la physique, il soumet un projet de thèse intitulé Die Rakete zu den Planetenräumen (« La Fusée vers les espaces planétaires »). Ses idées sont alors jugées invraisemblables et sa thèse est rejetée. Non découragé, il publie l'année suivante un livre reprenant le texte de sa thèse, qui constitue le premier ouvrage scientifique important de l'astronautique.

À cette époque, Hermann Oberth engage une carrière professionnelle dans l'enseignement. De 1924 à 1938, il enseignera les mathématiques et la physique au lycée allemand de Medias, en Transylvanie. Cela ne l'empêche pas de poursuivre ses recherches en matière d'astronautique et il commence à nouer des relations avec ceux qui, dans le monde, s'intéressent à cette nouvelle science. C'est à partir de 1925 que la renommée d'Oberth commence à se développer. En 1927, il adhère à une société, le Verein für Raumschiffahrt, ou V.f.R. (« Société pour la navigation dans l'espace »), qui venait d'être créée. Le journal de cette société, Die Rakete (« La Fusée ») accueillit plusieurs de ses articles. En 1929, il fait paraître à Munich son ouvrage majeur Wege zur Raumschiffahrt (« La Route de la navigation dans l'espace »), que Robert Esnault-Pelterie va qualifier de « bible de l'astronautique scientifique ». Pour cet ouvrage, mais aussi pour l'ensemble de ses travaux, il reçoit, cette même année, le prix R.E.P.-Hirsch de la Société astronomique de France. Cette époque est marquée en Allemagne par un extraordinaire engouement pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Robert Esnault-Pelterie

Robert Esnault-Pelterie
Crédits : Library of Congress, Washington D.C.

photographie

Hermann Oberth

Hermann Oberth
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Von Braun

Von Braun
Crédits : Hulton Getty

photographie

V1

V1
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

Classification

Autres références

«  OBERTH HERMANN (1894-1989)  » est également traité dans :

ESNAULT-PELTERIE ROBERT (1881-1957)

  • Écrit par 
  • Pierre CONTENSOU, 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 2 086 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un visionnaire de l'espace »  : […] Il est remarquable que cet ingénieur qui a contribué de façon si décisive aux premiers pas de l'aviation et qui aurait pu consacrer une carrière prestigieuse à son développement a porté tout de suite ses regards plus loin. Les bonds que l'homme venait de réussir dans les basses couches de l'atmosphère n'étaient à ses yeux qu'une étape vers le grand élan qui l'arracherait un jour à sa planète nata […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 033 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Du rêve aux exploits : le temps des pionniers »  : […] Le désir de conquérir l'espace n'est nullement l'apanage du xx e  siècle : des activités humaines, l'exploration de l'espace est sans doute celle qui a eu la plus longue période de gestation. Entre les premières évocations écrites du voyage spatial, attribuées à Lucien de Samosate ( ii e  siècle), et l'arrivée de l'homme dans l'espace, en 1961, il s'est écoulé presque deux millénaires. Après Lucie […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 624 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Prélude »  : […] Alors qu'il est instituteur à Kalouga, Tsiolkovski publie en 1883 un ouvrage, L'Espace libre, dans lequel il propose d'utiliser la propulsion par réaction pour les vols dans l'espace. Mais c'est son ouvrage de 1903, L'Exploration de l'espace cosmique à l'aide d'engins à réaction , et ses additifs de 1911, 1912, 1914 et 1926 qui vont faire autorité. Tsiolkovski est le premier à comprendre et à me […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 887 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « Les quatre pionniers de l'astronautique »  : […] Trait d'union entre les inspirateurs et les ingénieurs, les quatre grands pionniers de l'astronautique surgissent au début du xx e  siècle : le Russe Constantin Edouardovitch Tsiolkovski (1857-1935), l'Américain Robert Hutchings Goddard (1882-1945), le Germano-Roumain Hermann Oberth (1894-1989) et le Français Robert Esnault-Pelterie (1881-1957) vont poser les bases théoriques de l'astronautique. C […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques VILLAIN, « OBERTH HERMANN - (1894-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-oberth/