MÜLLER HERMANN (1876-1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Personnage influent du Parti social-démocrate (S.P.D.) ; dès 1906, où il entre au comité directeur, Hermann Müller est mêlé aux moments cruciaux de l'histoire allemande jusqu'après la crise de 1929. Il collabore en 1912 à la mise au point du manifeste pacifiste du Congrès de Bâle de l'Internationale. En 1914, il se rallie au Burgfrieden et œuvre dans ce sens dans le Vorwärts, organe du S.P.D. Député au Reichstag en 1916, il exerce une influence modératrice lors des événements révolutionnaires de Berlin, en novembre 1918. En 1919, il devient le chef du parti. C'est à lui qu'incombe, comme ministre des Affaires étrangères de la république de Weimar, de signer le Diktat de Versailles, le 28 juin 1919. À la suite du putsch de Kapp, il est chancelier dans le cadre de la coalition de Weimar jusqu'à la défaite électorale de celle-ci en juin 1920.

Chef de la fraction S.P.D. au Reichstag, il revient à la chancellerie en 1928, à la tête d'un cabinet de grande coalition, formule modérée qu'il a toujours soutenue. Son avènement semble la preuve d'un régime solide, grâce à son économie prospère. Müller préside en fait le dernier cabinet parlementaire, atteint en 1929 par la grande crise, prélude de sa dislocation. Cédant à la pression des milieux d'affaires, Müller envisage des mesures antisociales, en particulier la réduction des allocations de chômage, mais doit se retirer, désavoué par les syndicats et par son propre parti.

La chute de Müller devant l'hostilité des capitalistes, en mars 1930, marque la fin de la brève période d'essai de régime parlementaire. Elle marque aussi la fin réelle de la république de Weimar.

—  Alfred WAHL

Écrit par :

  • : professeur émérite (histoire contemporaine) à l'université de Metz

Classification


Autres références

«  MÜLLER HERMANN (1876-1931)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les oppositions »  : […] La « révolution » de 1918 n'a pas bouleversé les structures sociales de l'Allemagne wilhelminienne : la tentative des spartakistes a échoué, et la République de Weimar est demeurée un État capitaliste. Pourtant, deux mouvements politiques se proclament anticapitalistes. La Sozial-Demokratie a repris en 1925, au congrès de Heidelberg, le programme d'Erfurt de 1891 ; mais ce qui était inspiration ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_11018

Pour citer l’article

Alfred WAHL, « MÜLLER HERMANN - (1876-1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-muller/