PALMERSTON HENRY JOHN TEMPLE 3e vicomte (1784-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus grands hommes d'État britanniques du xixe siècle, Palmerston est le véritable inspirateur de la politique étrangère du Royaume-Uni entre 1830 et 1865. Issu d'une famille aristocratique irlandaise, député à l'âge de vingt-trois ans, il débute dans le parti tory et fait ses premières armes ministérielles sous des Premiers ministres de ce parti, occupant presque sans interruption le secrétariat d'État à la Guerre de 1809 à 1828. En 1830, ses sympathies, déjà démontrées par son ralliement aux canningistes, le poussent à virer de bord : il passe dans les rangs whigs et, immédiatement, prend pour la première fois possession du Foreign Office. La politique étrangère sera son lot, soit par son affectation ministérielle (1830-1841 et 1846-1852) soit grâce à son influence dans le cabinet comme ministre de l'Intérieur (1852-1855) ou Premier ministre (1855-1858 et 1859-1865). Il croit dans la grandeur de son pays et, en juin 1850, il prononce sa célèbre phrase : « Comme le Romain, autrefois, pouvait dire Civis Romanus sum, un sujet britannique, partout où il se trouve, pourra compter sur la force anglaise pour le protéger. » Elle fonde l'orgueil britannique, public et individuel, pour plusieurs générations. Il met en application quelques principes fort clairs : le refus de toute hégémonie sur le continent le pousse à une permanente méfiance à l'égard de la France, même à l'époque de la première Entente cordiale ; la règle du respect des régimes existants interdit toute intervention en faveur d'une cause quelconque à l'intérieur d'un État étranger ; l'équilibre des puissances est la seule garantie de la paix ; l'Angleterre doit refuser tout engagement permanent et toute alliance en temps de paix. Au nom de ces principes, on le voit accepter de garantir le statut de neutralité d'une Belgique indépendante, mais lutter contre la France en Orient, garder une attitude d'expectative lors des révolutions de 1848 en Europe, encourager l'intervention franco-anglaise contre la Russie en Crimée, refuser toute action contre la Prusse ou [...]

Palmerston

Palmerston

Photographie

Le Britannique Henry John Temple (1784-1865), vicomte Pamerston, inspirateur de la politique étrangère de la Grande-Bretagne de 1830 à 1865. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  PALMERSTON HENRY JOHN TEMPLE 3 e vicomte (1784-1865)  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La démocratisation »  : […] Aimant son métier de reine et l'accomplissant avec une rare conscience et aussi une jalousie certaine, après la mort de son époux, à l'encontre de tout membre de sa famille, Victoria a su s'adapter aux exigences de son époque. À partir de 1841 et de la chute de Melbourne, ses Premiers ministres, à commencer par sir Robert  Peel, sont choisis en fon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_14280

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « La réalité de l'expansion »  : […] Il serait vain d'invoquer la chronologie dans la succession des annexions nouvelles, qui sont réalisées sans stratégie d'ensemble. Même s'il n'est pas interdit de souligner le rôle considérable du souci de protéger l'Inde, ses voies d'accès, ses pourtours, ou encore de favoriser l'approche des marchés si prometteurs de l'Extrême-Orient. En Inde mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_14280

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les affrontements politiques »  : […] La Constitution ne connaît aucun changement important, après la dernière réforme parlementaire et électorale de 1832. Assainie par la lutte contre la corruption, la vie politique demeure l'apanage des propriétaires, d'un électorat qui correspond à quelque 5 p. 1 000 de la population et alors que le cens d'éligibilité écarte les moins fortunés. Bour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_14280

Pour citer l’article

Roland MARX, « PALMERSTON HENRY JOHN TEMPLE 3e vicomte (1784-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-john-palmerston/