BRIGGS HENRY (1561-1630)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien anglais dont le nom est attaché à la découverte des logarithmes décimaux (appelés aussi logarithmes vulgaires ou briggsiens). Le caractère instrumental de ce nouvel outil mathématique lui valut une large et rapide diffusion auprès des utilisateurs confrontés à des calculs longs et compliqués. À partir de 1596, Briggs enseigna la géométrie, d'abord à Graham House (Londres), puis, après 1619, à l'université d'Oxford. Son principal ouvrage, Arithmetica logarithmica (1624), contient les logarithmes à 14 places de 30 000 nombres naturels, une table à 15 places de la fonction sinus et des tables à 10 places des fonctions tangente et sécante. Ces tables ont été rééditées à Londres sous leur forme définitive en 1663, sous le titre Trigonometria britannica, et cet ouvrage est resté d'usage jusqu'au début du xixe siècle.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BRIGGS HENRY (1561-1630)  » est également traité dans :

EXPONENTIELLE & LOGARITHME

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 278 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'idée qui est historiquement à la base de la notion de logarithme est la comparaison de la suite des entiers et de la suite des puissances correspondantes d'un nombre a  : déjà étudiée par Archimède dans son traité de l' Arénaire  ; dans le Triparty en la science des nombres (1484) Nicolas Chuquet remarqua que, si on fait correspondre les termes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exponentielle-et-logarithme/#i_40387

MIRIFICI LOGARITHMORUM CANONIS DESCRIPTIO (J. Napier)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 365 mots

Le baron écossais John Napier (ou Neper), théologien et activiste protestant issu d'une grande famille écossaise, partageait son temps entre la gestion de son domaine de Gartness, où il expérimentait d'ingénieuses améliorations des techniques d'amendement des sols, et l'organisation de la résistance de l'Écosse contre l'influence catholique. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mirifici-logarithmorum-canonis-descriptio/#i_40387

NEPER ou NAPIER JOHN (1550-1617)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 362 mots

Mathématicien écossais, John Napier (ou Neper), baron de Merchiston, passa la majeure partie de sa vie dans le manoir familial de Merchiston (près d'Édimbourg) où il naquit en 1550 et mourut le 4 avril 1617. Violemment anticatholique, il se consacra aux luttes politiques et religieuses de son temps. On lui doit notamment un pamphlet dans lequel il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neper-napier/#i_40387

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Interpolation des fonctions »  : […] Comme nous l'avons signalé, l'interpolation linéaire était déjà utilisée par l'école d'Alexandrie. C'est Briggs qui systématisa l'emploi de l'interpolation pour l'établissement des tables de logarithmes et des tables trigonométriques, via le calcul des différences finies. Gregory et Newton étendirent le calcul des différences finies aux fonction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_40387

Pour citer l’article

« BRIGGS HENRY - (1561-1630) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-briggs/