DOUVILLÉ HENRI (1846-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géologue français. Admis à l'École polytechnique en 1863, Douvillé en sort deux ans plus tard avec le numéro un dans le corps des Mines. En 1867, il est attaché au Service de la carte géologique détaillée de la France. En 1875, il devient attaché aux collections paléontologiques de l'École des mines de Paris, pour réorganiser le service. La richesse des collections est telle qu'il décide d'adopter un classement zoologique des fossiles par familles et par espèces dans chaque groupe, les espèces étant disposées selon leur ordre d'apparition sur Terre ; ce qui permet de voir immédiatement l'histoire de chaque groupe. En 1881, il est nommé professeur de paléontologie à l'École des mines. Il y enseignera cette discipline pendant plus de vingt ans. Le prix Fontanes de paléontologie lui est attribué en 1898.

La liste de ses travaux rassemble des notes assez diverses, publiées pour la plupart dans le Bulletin de la Société géologique de France et dans les Comptes rendus à l'Académie des sciences. Ses premières publications sont surtout du domaine de la géologie générale ; c'est ainsi qu'il a, en début de carrière, participé à l'élaboration de sept cartes géologiques. En tant que paléontologiste, il faut citer ses travaux sur les ammonites et sur les rudistes, qui sont pour lui les meilleurs fossiles stratigraphiques, leur rapide évolution au cours des temps géologiques représentant, selon Douvillé, un excellent critère d'âge des terrains fossiles.

Après 1900, ses notes sur divers foraminifères semblent indiquer un changement d'orientation de la paléontologie vers la micropaléontologie.

—  Michèle LE GOAZIGO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DOUVILLÉ HENRI (1846-1937)  » est également traité dans :

MÉSOGÉE

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « La Mésogée proprement dite »  : […] Au début du Mésozoïque, la position de la Téthys par rapport à l'emplacement des pôles a été progressivement modifiée par les dérives continentales et par les mouvements calédoniens et varisques du Paléozoïque supérieur. La Téthys est devenue une mer chaude subéquatoriale, dans les bordures de laquelle les chaînes alpines sont en gestation. Les dépôts calcaires la caractérisent dès la base du Tria […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesogee/#i_39970

Pour citer l’article

Michèle LE GOAZIGO, « DOUVILLÉ HENRI - (1846-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-douville/