ROCHEFORT HENRI DE (1831-1913)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le marquis Henri de Rochefort-Luçay était le descendant d'une vieille famille noble, ruinée par la Révolution. Son père Claude Louis (1790-1871) avait mené la vie besogneuse de journaliste royaliste et de vaudevilliste. Élevé dans un foyer désuni, Rochefort eut une jeunesse difficile qui lui donna un caractère instable. Bachelier en 1849, précepteur, puis modeste fonctionnaire de la préfecture de la Seine, il s'évade de l'administration en écrivant de courtes comédies et en plaçant des articles dans de petites feuilles parisiennes, Le Tintamarre, Le Charivari, Le Nain jaune. En 1864, il entre au Figaro de Villemessant, où ses chroniques irrévérencieuses lui valent une première notoriété et un début de fortune, mais aussi la hargne du pouvoir. Menacé de voir son journal supprimé, Villemessant se sépare de Rochefort en 1868, tout en commanditant sa Lanterne. Le succès de cette petite brochure hebdomadaire est extraordinaire : elle tire à plus de cent vingt-cinq mille exemplaires. Poursuivi, Rochefort s'exile à Bruxelles où il est l'hôte d'un autre proscrit célèbre, Victor Hugo.

Candidat, malgré sa condamnation, à une élection partielle à Belleville, il est élu député le 22 novembre 1869 et siège à l'extrême gauche. Le 19 décembre 1869, il fonde La Marseillaise, quotidien qui attaque très violemment l'Empire et qui tire à plus de cinquante mille exemplaires. À la suite d'une affaire très confuse, le prince Pierre Bonaparte tue, le 10 janvier 1870, un des collaborateurs du journal de Rochefort, Victor Noir : ses funérailles furent l'occasion d'une manifestation qui faillit dégénérer en émeute. Le gouvernement d'Émile Ollivier envoya Rochefort en prison. Il en fut délivré par la révolution du 4 septembre 1870, qui en fit un ministre du gouvernement de défense nationale. Mais « Rochefort, l'archer fier, le hardi sagittaire/Dont la flèche est au flanc de l'Empire abattu » (Victor Hugo), n'avait rien d'un homme de gouvernement et il démissionna le 2 novembre.

Le 3 février 1871, à la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification


Autres références

«  ROCHEFORT HENRI DE (1831-1913)  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'opposition républicaine »  : […] À la suite des élections de 1857, l'opposition légitimiste disparaît du Corps législatif, le clergé de l'Ouest s'étant rallié à l'Empire. En revanche, l'opposition républicaine y apparaît avec le groupe des « cinq », tout à fait impuissant à ses débuts, dont font partie Jules Favre, Émile Ollivier et Ernest Picard ; après l'attentat d'Orsini, Napoléon III divise la France en cinq départements mil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22759

LANTERNE LA, journal

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 477 mots

Henri Rochefort, chassé du Figaro , put créer La Lanterne le 31 mai 1868, grâce à la loi du 11 mai 1868 qui venait de supprimer l'autorisation préalable, nécessaire à l'époque à toute création d'un nouveau journal, et grâce à la commandite de Villemessant et de Dumont, les animateurs du Figaro . La Lanterne é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lanterne-journal/#i_22759

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « ROCHEFORT HENRI DE - (1831-1913) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-rochefort/