LANTERNE LA, journal

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Henri Rochefort, chassé du Figaro, put créer La Lanterne le 31 mai 1868, grâce à la loi du 11 mai 1868 qui venait de supprimer l'autorisation préalable, nécessaire à l'époque à toute création d'un nouveau journal, et grâce à la commandite de Villemessant et de Dumont, les animateurs du Figaro. La Lanterne était un pamphlet hebdomadaire, de petit format (10 Œ 12 cm), de soixante-deux pages, à couverture rouge illustrée d'une lanterne destinée à « éclairer les honnêtes gens et à pendre les malfaiteurs ». Libre commentaire caustique de l'actualité, écrit tout entier par le seul Rochefort avec beaucoup de verve et de hargne, cette petite brochure, malgré son prix élevé de quarante centimes, eut un succès immédiat et inattendu : son troisième numéro tirait déjà à 125 000 exemplaires et son succès se maintint. Sa première phrase est restée célèbre : « La France compte, dit L'Almanach impérial, trente six millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement », mais beaucoup d'autres formules mériteraient d'être citées qui, dans leur forme piquante, ravirent les Français, lassés d'un régime et d'un personnel politique vieillis. Ce « mémorial des malpropretés de l'Empire » marquait le début de cette « révolution du mépris » qui allait emporter Napoléon III quelques mois plus tard.

Surprises, les autorités espérèrent que, la première curiosité passée, La Lanterne se transformerait en lumignon. Il n'en fut rien ; sa violence croissait de semaine en semaine et il fallut sévir : le onzième numéro fut saisi. Rochefort, poursuivi, se rendit à Bruxelles pour échapper à une condamnation d'un an de prison et 10 000 francs d'amende, prononcée le 13 août 1868. Depuis la Belgique, Rochefort poursuivit la publication de La Lanterne, qui eut au total soixante-quatorze numéros jusqu'en novembre 1869, date du retour de son auteur en France et du lancement de La Marseillaise quotidienne. Ces Lanterne belges, tirées sur papier bulle, étaient introduites et diffusées clandestinement en France, certaines, dit-on, dans des bustes en plâtre de Na [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification


Autres références

«  LANTERNE LA, journal  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'opposition républicaine »  : […] À la suite des élections de 1857, l'opposition légitimiste disparaît du Corps législatif, le clergé de l'Ouest s'étant rallié à l'Empire. En revanche, l'opposition républicaine y apparaît avec le groupe des « cinq », tout à fait impuissant à ses débuts, dont font partie Jules Favre, Émile Ollivier et Ernest Picard ; après l'attentat d'Orsini, Napoléon III divise la France en cinq départements mil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22483

ROCHEFORT HENRI DE (1831-1913)

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 822 mots

Le marquis Henri de Rochefort-Luçay était le descendant d'une vieille famille noble, ruinée par la Révolution. Son père Claude Louis (1790-1871) avait mené la vie besogneuse de journaliste royaliste et de vaudevilliste. Élevé dans un foyer désuni, Rochefort eut une jeunesse difficile qui lui donna un caractère instable. Bachelier en 1849, précepteur, puis modeste fonctionnaire de la préfecture de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-rochefort/#i_22483

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « LANTERNE LA, journal », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lanterne-journal/