MAN HENRI DE (1885-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine bourgeoise, Henri de Man adhère très jeune au mouvement socialiste. C'est en Allemagne que s'achève sa formation, avec un doctorat en philosophie à l'université de Leipzig. C'est en allemand que paraît son premier texte important, écrit en collaboration avec Louis de Brouckère et consacré au mouvement ouvrier en Belgique, texte critique dans lequel les coauteurs sont respectivement très sévères pour l'action coopérative et pour l'action parlementaire des socialistes belges. Malgré la polémique ainsi ouverte, Émile Vandervelde appelle Henri de Man à la direction de la Centrale d'éducation ouvrière, créée en 1911, l'année même de cette publication.

En 1917, il accompagne en Russie Vandervelde, qui encourage le gouvernement Kerenski à poursuivre l'effort de guerre. En 1918, il participe à la mission envoyée aux États-Unis par le gouvernement belge afin d'y étudier les méthodes d'organisation scientifique du travail.

L'expérience des premières années du siècle, marquées par la guerre et aussi par l'échec de la social-démocratie allemande d'inspiration marxiste, inspire alors un livre écrit et publié en anglais : The Remaking of a Mind (Londres, 1920), dont une version abrégée paraît à Bruxelles la même année sous le titre : La Leçon de la guerre.

Après un second séjour aux États-Unis, Henri de Man prend, à la fin de 1920, la direction de l'École ouvrière supérieure, à Bruxelles, qu'il quittera deux ans plus tard, ne laissant guère de regrets à ceux qu'inquiètent à la fois son « révisionnisme » et son indéniable supériorité intellectuelle. Il passe alors dix ans en Allemagne, enseignant à l'Académie du travail de Francfort puis occupant, de 1929 à 1933, la chaire de psychologie sociale nouvellement créée à l'université de Francfort. Au cours de ces années d'intense production intellectuelle, plusieurs livres importants paraissent. Tout d'abord Zur Psychologie des Sozialismus (Iéna, 1926) ; ce livre paraît en français en 1927 à Bruxelles sous le titre Au-delà du marxisme, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : président-directeur général du Centre de recherche et d'information sociopolitiques, Bruxelles

Classification

Autres références

«  MAN HENRI DE (1885-1953)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'entre-deux-guerres »  : […] L'introduction du suffrage universel unique pour les hommes en 1919 allait exclure dorénavant, à une exception près (1950-1954), la majorité absolue d'un seul parti. On était désormais condamné à un gouvernement de coalition constitué sur la base d'un compromis entre divers programmes de parti. Au cours de l'immédiat après-guerre, les problèmes suscités par le reconstruction entretinrent un clima […] Lire la suite

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 739 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les freudo-marxismes »  : […] Chaque freudo-marxisme puise différemment dans l'œuvre de Freud, mais aussi, dans une moindre mesure, dans celle de Marx, de sorte qu'il existe presque autant de freudo-marxismes que de freudo-marxistes. Ce mouvement fut essentiellement une préoccupation de psychanalystes, parmi lesquels Alfred Adler, Siegfried Bernfeld, Carl Furmüller, Wilhelm Reich – son représentant le plus éminent –, Otto Feni […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier MABILLE, « MAN HENRI DE - (1885-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-man/