BERNARDIN DE SAINT-PIERRE HENRI (1737-1814)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre qui recueille dix années d'observation

La formation à l'École royale des ponts et chaussées avait pour principe l'enseignement mutuel et une étroite articulation des cours théoriques avec la pratique, ce dont il faut se souvenir lorsqu'on lit les textes de Bernardin de Saint-Pierre sur l'éducation. L'inventivité était parmi les qualités les plus estimées du directeur de l'École et de ses conseillers, l'architecte Blondel, l'ingénieur hydraulicien Bélidor.

La carrière militaire que Bernardin de Saint-Pierre a commencée à sa sortie de l'École royale des ponts et chaussées constitue le socle informatif de son œuvre d'écrivain. Sa première mission fut le levé de la carte du Rhin. Des engagements intermittents le menèrent ensuite dans les armées de l'Europe du Nord. Revenu en France, il est, en 1768, envoyé en qualité de capitaine ingénieur pour relever les murs de Fort-Dauphin, à Madagascar. L'affectation se révéla, en définitive, être pour l'Isle de France, l'actuelle île Maurice. L'île était alors sous l'autorité du gouverneur Dumas et de l'intendant Poivre, un philanthrope proche des physiocrates (professant une doctrine selon laquelle toute richesse vient de la terre), qui avait entrepris d'acclimater sur l'île les plantes à épices de l'océan Indien. La traversée de Lorient à l'Isle de France, puis le séjour sur l'île furent, pour Bernardin de Saint-Pierre, l'occasion d'intenses activités d'observation maritime et de géographie terrestre. À partir de 1770, Bernardin de Saint-Pierre est de retour à Paris.

En même temps qu'il recherche un poste d'ingénieur sur le territoire, il se met à fréquenter le milieu intellectuel parisien, rencontre les philosophes, se lie d'amitié avec Rousseau. C'est alors qu'il publie, en 1784, sa première grande œuvre, les Études de la nature, qui enregistre la documentation géographique de dix années d'une expérience du paysage repensée à partir de la théologie. Avec les Études, Bernardin de Saint-Pierre part en guerre contre le pessimiste moral et contre des vues qu'il estime être une aliénation de l'homme. Les Études et les Harmonies sont une théodicée où l'auteur inventorie les signes d'une puissance morale accordant les parties de l'univers. À lire l'ensemble des deux œuvres devenues l'occupation d'une vie, on peut se demander si la volonté initiale d'apologétique ne s'est pas muée en exercice de sagesse spirituelle et de contemplation religieuse. En 1788, Bernardin de Saint-Pierre y adjoint Paul et Virginie. Le succès de cette œuvre en sera accru. Ce texte est à rapprocher de L'Arcadie dont la publication fut posthume mais que M. Souriau présente comme la matrice de l'œuvre entière.

Paul et Virginie, comme l'Arcadie, est lié aux textes fondateurs. Ce sont des récits qui réactivent le creuset de la mémoire européenne. Le premier greffe ses personnages sur ceux d'Adam et Ève, du fils prodigue, d'Ulysse, le voyageur de l'impossible retour. Il fait des renvois à l'Exode, au Livre de Ruth. Le second s'articule à l'épopée celtique, aux poèmes ossianiques de James Macpherson (1736-1796). Dans l'histoire de l'île Maurice, Paul et Virginie marque le passage à une intériorisation de l'action. Après l'organisation administrative et l'élan économique impulsé par Mahé de La Bourdonnais, Bernardin de Saint-Pierre est le premier à chanter l'île et à en faire le lieu de sentiments existentiels. Son message, pétri de l'enseignement des Évangiles, de la physiocratie, d'un certain communautarisme emprunté à la pensée du législateur de Sparte Lycurgue, induit l'idée d'une régénérescence. Pour intensifier son propos, l’écrivain s'appuie sur les Anciens. Andrée Thill a évoqué cette éducation littéraire latine qui, dans les collèges jésuites, reposait sur l'acquisition des genres antiques et leur adaptation au christianisme, la parodia christiana, afin de convaincre depuis les profondeurs de la mémoire. N'est-ce pas la stratégie de Bernardin de Saint-Pierre lorsque, se rêvant sur les traces d'Homère, il modernise la pastorale gréco-latine aussi bien que la parabole évangélique afin d'accorder sa voix au goût du public ? La réussite de Paul et Virginie fut telle que, dès 1789, le petit roman parut en édition séparée. Il devint, au xixe siècle, un best-seller. En 1791, Bernardin de Saint-Pierre va réitérer, dans la Chaumière indienne, son appel à une politique d'égalité entre les hommes et de tolérance religieuse. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître de conférences à l'Institut universitaire de formation des maîtres de l'Académie de Rouen

Classification

Autres références

«  BERNARDIN DE SAINT-PIERRE HENRI (1737-1814)  » est également traité dans :

PAUL ET VIRGINIE, Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 151 mots

Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) est resté dans notre mémoire culturelle comme un romancier. Il l'est devenu presque par hasard, après avoir tenté de faire fortune comme ingénieur ou comme réformateur attitré d'une cour étrangère. Il tire de son séjour à l'île Maurice (alors île de France) un savant et technique […] Lire la suite

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 512 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'exotisme avant le romantisme »  : […] Il manque à la mode des chinoiseries cet ardent désir de délivrance des sens qui caractérise l'exotisme romantique : un âge intellectuel comme le xviii e  siècle admira surtout la civilisation raffinée des Chinois. On fit des Orientaux les porte-parole de la censure des mœurs européennes. On doit à un Italien, Giovanni Paolo Marana, l'invention d'un nouveau type de satire : L'Espion du grand seig […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 233 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel-Robert THIBAULT, « BERNARDIN DE SAINT-PIERRE HENRI - (1737-1814) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bernardin-de-saint-pierre/