ZILLE HEINRICH (1858-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'il est un artiste dont la gloire locale n'a d'égale que l'ignorance où le reste du monde l'a relégué, c'est bien Heinrich Zille, le dessinateur du Berliner Milliöh. Le « milieu » berlinois, ce n'est pas le monde des gangsters, encore que Zille ait eu une sympathie certaine pour les escarpes et les putains ; c'est le petit peuple de cette grande ville poussée tout d'un coup à la fin du xixe siècle pendant les Gründerjahre (années de formation de l’Empire allemand) et qui a su inventer une manière de vivre, un humour bien à lui, organiser des jeux pour les pauvres et des festivités sans apprêts dans une société rigide pour ne pas dire disciplinaire et dans un environnement géographique très rude.

Heinrich Zille, qui est né en 1858 près de Dresde d'un père artisan, arrive à Berlin à l'âge de neuf ans ; il habite dans les quartiers du nord puis de l'est, et y reçoit sa première formation artistique chez un maître de dessin. Incapable d'assommer le mouton qu'il avait amené sur le billot, il ne sera pas le boucher que son père souhaitait qu'il devînt et entrera comme apprenti dans un atelier de lithographie, une technique qui a la faveur des artistes. Sa formation sera principalement une initiation aux métiers manuels ; il exercera ceux de forgeron, serrurier, horloger, orfèvre..., et c'est en autodidacte que cet esprit curieux découvrira les littératures allemande et étrangère.

Celui dont les dessins décorent nombre de Kneipen (bistrots) berlinoises, depuis les murs jusqu'aux sous-bocks, restera fidèle toute sa vie, même lorsqu'il sera devenu un artiste reconnu, aux petites gens de Berlin qu'il observera et dessinera sur le vif, souvent avec une rapidité qui tient de l'instantané photographique et donne à ses dessins, que ce soit des dessins au trait ou des dessins estompés, une animation caractéristique. On trouve dans son œuvre beaucoup de dessins au fusain ou à la craie et très peu de dessins à la plume ; l’épaisseur de son trait n’est pas sans parenté avec le coup de pinceau des expressionnistes. Ainsi d’un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-François POIRIER, « ZILLE HEINRICH - (1858-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-zille/