BIBER HEINRICH IGNAZ FRANZ VON (1644-1704)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur autrichien né à Wartemberg en Bohême. Heinrich Biber est sans doute l'élève de Schmelzer à Vienne, puis entre comme violoniste au service du prince-évêque d'Olmütz. Engagé par le prince-évêque de Salzbourg en 1673, il devient son vice-maître de chapelle en 1679 et, en 1684, son maître de chapelle, poste qu'il conservera jusqu'à sa mort. L'empereur l'anoblit en 1690, ce qui confirme la très haute réputation dont il jouit parmi ses contemporains. Un siècle plus tard, Burney en parlera encore comme du principal représentant de l'école de violon en Allemagne à l'époque baroque. Et de fait, nul ne l'égala en ce domaine, ni son maître Schmelzer ni son continuateur Georg Pisendel. Doué lui-même d'une très grande virtuosité, il se fit remarquer par son emploi, tout nouveau à l'époque, de la scordatura et des doubles cordes. Ses huit Sonates de 1681 parurent deux ans avant l'opus 1 de Corelli, dont il se distingue par moins de rigueur formelle mais par plus de liberté et par une fantaisie proche parfois de l'improvisation. Ses quinze Sonates du rosaire (Sonaten zur Verherrlichung von 15 Mysterien aus dem Leben Mariae, vers 1674) sont un des monuments de la littérature violonistique du temps. On lui doit aussi de la musique religieuse, dont des Vêpres et des Litanies avec accompagnement instrumental (1693), la Missa Sancti Henrici, dont Mozart devait reprendre le thème du Kyrie dans le choral de La Flûte enchantée, un Stabat Mater a cappella qui devait encore retentir à Salzbourg en 1727, et un remarquable Requiem. De ses opéras, seul a survécu, en manuscrit, Chi la dura la vince (1687). Par ses côtés populaires, dont témoigne la fameuse Sérénade du veilleur (Serenade a 5 mit dem Nachtwächterruf, 1673), il annonce la musique autrichienne du milieu du siècle, et par là le classicisme viennois. Il représente sans conteste, avec Georg Muffat, l'apogée du baroque à Salzbourg, et reste un des deux ou trois plus grands compositeurs ayant vécu et travaillé dans cette ville.

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BIBER HEINRICH IGNAZ FRANZ VON (1644-1704)  » est également traité dans :

Sonate du rosaire n° 9, BIBER (Heinrich Ignaz Franz von)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 602 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Originaire de Bohême, Biber est le plus célèbre violoniste virtuose du XVII e siècle et le fondateur de l'école de violon baroque allemande. Il passe la majeure partie de sa vie au service du prince-archevêque de Salzbourg, dont il devient le maître de chapelle en 1684. Biber écrit surtout pour son instrument - son œuvre la plus célèbre est la Passacaille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonate-du-rosaire-n-9-biber-heinrich-ignaz-franz-von/#i_14813

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « BIBER HEINRICH IGNAZ FRANZ VON - (1644-1704) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-ignaz-franz-von-biber/