HEIKE MONOGATARI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grandeur et misère des Taira

Enrichi de la sorte au fil des siècles par divers rhapsodes, le Heike monogatari néanmoins conserve une étonnante unité de ton et de composition. Les six premiers livres décrivent en effet la grandeur des Taira, laquelle atteignit son apogée avec Kiyomori. L'orgueil et la démesure de celui-ci cependant contenaient en germe les conditions de leur chute, prévue et prédite par le vertueux fils de Kiyomori, Shigemori le Sage (au sens confucéen du terme). La mort de ces deux personnages complémentaires et les excès de Munemori, leur successeur, héritier des défauts de Kiyomori mais non de son sens politique, entraînent la révolte des Minamoto, dont les six derniers livres narrent les exploits : les Taira, chassés de la capitale, errent sur les mers occidentales, avant que de périr sous les coups du preux Yoshitsune à la bataille navale de Dan-no-ura, où sombrent les derniers restes de leur splendeur. Le récit de la fin du jeune empereur Antoku, petit-fils par sa mère de Kiyomori, que la veuve de ce dernier, Nii-no-ama, entraîne dans les flots, apporte à l'épopée des Taira une conclusion dramatique dont la sombre grandeur et la force symbolique mettent en évidence la dimension tragique du destin exemplaire de l'orgueilleuse famille qui, pour un temps, s'était crue maîtresse de l'Empire.

Les Minamoto triomphent et leur chef Yoritomo se fait investir du titre de shōgun (régent militaire). Mais déjà la discorde divise les vainqueurs, annonçant leur chute inéluctable : Yoritomo, troublé par les conseils perfides de son entourage, jaloux des succès de son frère cadet Yoshitsune, projette de faire assassiner celui-ci ; déjouant ses desseins, le jeune héros gagne les terres de ses alliés des provinces du Nord, où il périra dans des conditions obscures. Un dernier épisode enfin montre, dans un asile de paix des montagnes proches de la capitale, l'impératrice Kenreimon-in, fille de Kiyomori et mère d'Antoku, qui, entrée en religion, consacre le reste de ses jours à prier pour ses proches défunts.

Ainsi se trouve illustrée, en ce récit implacable de la g [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  HEIKE MONOGATARI  » est également traité dans :

HEIKE MONOGATARI (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 847 mots

Le Heike Monogatari appartient au genre des chroniques guerrières, les gunki, tout comme le Hôgen Monogatari, « Récit (des troubles) de l'ère Hôgen » et le Heiji Monogatari, « Récit (des troubles) de l'ère Heiji ». Cependant le Heike Monogatari est de loin le plus célèbre, cette « Geste des Taira » […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le « Heike monogatari » »  : […] Le japonais classique ne connaît pas de terme spécifique pour désigner un genre qu'il a pourtant cultivé. La langue moderne utilise le mot jojishi , vocable forgé pour traduire le terme occidental de poème épique. Les titres des ouvrages que les manuels de littérature classent comme « épopée », ou « récits de guerre », gunki monogatari , renvoient à un genre beaucoup plus large, celui du récit, le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « HEIKE MONOGATARI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heike-monogatari/