MARTINSON HARRY (1904-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète et romancier suédois Harry Martinson fut l'une des figures les plus attachantes du xxe siècle littéraire suédois. Le prix Nobel qui était venu couronner tardivement sa carrière, en 1974, conjointement avec son homologue et compatriote Eyvind Johnson, ne consacrait pas seulement l'écrivain « prolétaire », mais aussi un poète fort original et un humaniste d'une émouvante générosité.

On appelle, en Suède, écrivains prolétaires tout un groupe de poètes et romanciers sortis du petit peuple, autodidactes mais non nécessairement populistes ni engagés politiquement, qui se firent un nom, en littérature, entre les deux guerres. Martinson coïncide exactement avec cette définition. Il est né et a grandi à Jämshög, dans le Blekinge, dans le sud de la Suède. Il perd son père en 1910, sa mère s'enfuit en Amérique en 1911 : lui et ses nombreux frères et sœurs seront confiés aux bons soins de la paroisse et donc transportés de maison en maison. Enfance dure et sans affection qui ne parait pourtant pas avoir ôté au jeune Harry une profonde joie de vivre. Il dira lui-même qu'il sut trouver deux refuges : la nature et les livres.

Dès 1919, et pour huit ans (la tuberculose seule le ramènera à terre), il s'embarque, se fait marin, soutier, chômeur, vagabond, « nomade autour du monde » selon ses propres termes, découvrant, en particulier, l'Amérique du Sud et l'Inde. Lors de ses fréquentes, et parfois longues escales en Suède, il publie déjà des poèmes dans des feuilles anarchistes et syndicales : y éclate le caractère le plus immédiatement visible de son style, un don de fantaisie et une indépendance verbale que bien peu de ses compatriotes partagent avec lui.

En 1929, il épouse Moa Swartz, qui sous le nom de Moa Martinson, sera également un des grands écrivains de la même tendance « prolétaire ». Cette même année, il fait paraître son premier recueil de poèmes, Le Vaisseau fantôme (Spökskepp) où l'on salue au passage les influences de Kipling et de Dan Anderson et qui, dans la manière semi-autobiograp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MARTINSON HARRY (1904-1978)  » est également traité dans :

PROLÉTAIRES ÉCRIVAINS SCANDINAVES dits

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 255 mots

Dans le chapitre « L'inspiration suédoise : vitalisme et solidarité »  : […] La Suède a ouvert le mouvement avant la Première Guerre mondiale avec une bonne demi-douzaine d'écrivains dont nous retiendrons deux noms : celui de Martin Koch (1882-1940), d'abord, peintre en bâtiment puis journaliste, qui retrace, dans Ellen (1911), l'histoire pathétique de sa fiancée, morte de tuberculose. La vie des ouvriers d'une banlieue de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrivains-scandinaves-proletaires/#i_58653

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 809 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Temps modernes »  : […] Désormais, la Suède est devenue une grande puissance. Elle souffre pourtant, en littérature, d'un déséquilibre entre tenants de la tradition et adeptes résolus d'un modernisme impénitent. À ce titre, l'auteur le plus représentatif restera Pär Lagerkvist (1891-1974) qui, d' Angoisse ( Ångest , 1916) à Mariamne (1967) en passant par Barabbas (1950 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_58653

Pour citer l’article

Régis BOYER, « MARTINSON HARRY - (1904-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harry-martinson/