Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HAILÉ ou HAÏLÉ SÉLASSIÉ Ier (1892-1975) empereur d'Éthiopie (1930-1936 et 1941-1974)

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig - crédits : Encyclopædia Universalis France

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

Descendant, selon les légendes, de la reine de Saba et du roi Salomon, dont il était le deux cent vingt-cinquième successeur, l'empereur d'Éthiopie (1930-1936 puis 1941-1974), le négus Hailé Sélassié Ier (ou Haïla Sellassié) fut à la tête de la plus ancienne dynastie du monde. Son titre complet est negusanegast (« roi des rois »), lion de Juda, défenseur de la foi chrétienne, force de la Trinité, élu de Dieu. Le titre de negusanegast (commandant en chef) est apparu probablement en Éthiopie du Nord alors que s'était édifié un régime de nature militaire. Lorsque la fonction s'est sacralisée, le terme de negusanegast a pris le sens actuel de « roi des rois ». Il fut porté par les souverains d'Éthiopie jusqu'à l'instauration de la république en 1974. Fils du ras Makonnen, Hailé Sélassié a reçu pour nom à sa naissance celui de ras Tafarí Makonnen (Tafarí : Celui qui est redouté) ; il est, en outre, le neveu de l'empereur Ménélik II, qui, au cours de son règne, commencé en 1889 et achevé à sa mort en 1913, accomplit les premiers pas vers la création d'un État unifié et moderne.

Très tôt, le futur empereur s'initie aux responsabilités du pouvoir. Il a treize ans, en 1905, lorsque son oncle lui confie le gouvernement de la province du Gura Muleta. Sa volonté de fer, sa passion pour l'étude (il a été élève des missionnaires français) l'aident à surmonter les limites qu'impose une santé précaire et à venir à bout des difficultés que lui suscite son cousin Lij Yassou ; celui-ci, héritier présomptif, complote avec l'Allemagne contre le pouvoir central ; mais il est bientôt écarté : en septembre 1916, c'est le ras Tafarí qui devient prince héritier. Il aide l'impératrice Zaouditou, sa tante, à administrer le pays (qu'on appelait alors plutôt l'Abyssinie), passablement arriéré. Considérant que « l'Éthiopie a reçu l'évangile du Christ en même temps que les nations d'Occident », le prince héritier plaide à Genève, en 1923, la cause de son pays. Il y déclare que, « si les hasards de la géographie et de l'histoire l'ont isolé du monde occidental pendant des siècles, il est cependant sensible à ses valeurs et entend remplir les mêmes devoirs à l'égard de la communauté internationale ». Il obtient ainsi l'admission de l'Éthiopie à la Société des Nations (SDN) et décide d'y abolir l'esclavage.

Hailé Sélassié - crédits : Hulton Archive/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Hailé Sélassié

Proclamé négus, en octobre 1928, sous le nom de Hailé Sélassié (force de la Trinité), il est couronné empereur à la mort de l'impératrice, le 2 novembre 1930, date devenue, depuis lors, jour de fête nationale. Il donne peu après au pays sa première Constitution écrite ; cette modernisation des institutions s'effectue toutefois avec prudence. Il n'hésite pas à solliciter, au fil des années, l'appui technique et financier de l'étranger. C'est ainsi qu'il confie la magistrature, la police et les douanes aux experts britanniques, l'entraînement de son armée aux conseillers belges et suédois, et fait appel aux Américains, aux Russes, aux Néerlandais et aux Allemands pour développer l'agriculture et l'industrie naissante.

Lorsqu'en octobre 1935 le gouvernement de Mussolini décide d'envahir l'Éthiopie à partir de l'Érythrée et de la Somalie, l'empereur oppose une héroïque résistance à la tête de ses troupes. Mais il est desservi par un armement inférieur et la collaboration de certains seigneurs avec les Italiens. Il décide alors, en accord avec le Conseil des ministres et après avoir nommé un vice-roi (le ras Imrou), de s'expatrier ; en mai 1936, il se retire à Bath, au Royaume-Uni. La même année, le 28 juin, il lance le fameux appel à la sécurité collective depuis la tribune de la SDN à Genève, appel qui ne sera pas[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, maître de recherche honoraire au C.N.R.S., de l'Académie des sciences d'outre-mer

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig - crédits : Encyclopædia Universalis France

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

Hailé Sélassié - crédits : Hulton Archive/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Hailé Sélassié

Mussolini envahit l'Éthiopie, 1935 - crédits : National Archives

Mussolini envahit l'Éthiopie, 1935

Autres références

  • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

    • Écrit par Marc MICHEL
    • 12 424 mots
    • 24 médias
    En Somalie, les Britanniques cherchèrent en vain un accommodement avec Hailé Sélassié ; ils renoncèrent à soutenir l'idée d'une « Somalie unie », et, quand il devint évident que le danger communiste était écarté en Italie, ils soutinrent avec les États-Unis et la France l'attribution d'une tutelle limitée...
  • ÉTHIOPIE

    • Écrit par Jean CHAVAILLON, Jean DORESSE, Universalis, Éloi FICQUET, Alain GASCON, Jean LECLANT, Hervé LEGRAND, Jacqueline PIRENNE, R. SCHNEIDER
    • 24 492 mots
    • 26 médias
    Le 11 février 1917, on célèbre le couronnement de Zaouditou-Ménélik. Le régent, Ras Tafari, jusqu'alors gouverneur du Harar où il a succédé à son père, Ras Makonnen, a pour épouse la princesse Menén, petite-fille de negous Mikaél. Il dégage l'Éthiopie des alliances germano-turques de Lidj Iyasou,...
  • MENGISTU ou MENGUISTU HAÏLÉ MARIAM (1937- )

    • Écrit par Universalis
    • 528 mots

    Militaire et homme politique éthiopien, président de la République de 1977 à 1991.

    Haïlé Mariam Mengistu naît en 1937 à Walayata dans le Harar (Éthiopie). Il suit une formation d'officier à l'école militaire d'Holeta avant de compléter ses études aux États-Unis. Promu au rang de général de division,...

  • SOMALIE

    • Écrit par Universalis, Éloi FICQUET, Alain GASCON, Francis SIMONIS
    • 10 618 mots
    • 7 médias
    En Éthiopie, l'empereur Haïlé Sélassié est rétabli sur son trône, en mai 1941, mais sous tutelle britannique. En janvier 1942, il obtient la restitution de la souveraineté, à l'exception des territoires somali. Une administration militaire britannique est toutefois maintenue au cours de la Seconde...