ILLYÈS GYULA (1902-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bulletin d'enneigement

À partir des années soixante-dix, le personnage du poète civique accède au statut du grand vieillard des lettres hongroises. Désigné par l'histoire littéraire comme le plus exemplaire continuateur des traditions populaires progressistes, cité en référence par la presse pour tout ce qui touche à la sensibilité nationale, respecté même par le pouvoir qui se contente de censurer ses appels en faveur de la minorité hongroise de Transylvanie, Illyés, tel Hugo au xixe siècle, détient une autorité morale quasi mythique, qui assure un poids certain à ses disciples et qui voile en partie les inquiétudes nouvelles inscrites dans sa production régulièrement abondante : Kháron ladikján (1969, Sur la barque de Caron, essai romancé sur les « symptômes de vieillesse ») ; Abbahagyott versek (1971, Poèmes abandonnés) ; Minden lehet (1973, Tout est possible, poèmes) ; Újabb drámák (1974, Nouvelles pièces dramatiques) ; Iránytűvel (1975, Boussole à la main, articles, 2 vol.) ; Itt élned kell (1976, Tu dois vivre ici, études, essais sociographiques, 2 vol.) ; Embereljük meg magunkat (1977, Ressaisissons-nous, drames) ; Nyitott kapuk (1978, Portes qui s'ouvrent, traductions de poésies étrangères, 2 vol.) ; Beatrice apródjai (1979, Les pages de Béatrice, roman autobiographique sur la période des révolutions de 1918-1919 et de la terreur blanche) ; Különös testamentum (1977, Testament étrange) ; Közügy (1981, Affaire publique), recueils de poésies : Táviratok (1982, Télégramme), A Semmiközelít (1983, Le Néant approche), Szemben a támadással (1984, Face à l'attaque).

L'image du révolté à la fois culpabilisant et rassurant, l'œuvre d'Illyés l'a systématiquement cultivée en proclamant la supériorité de la raison claire sur le chaos et en forçant l'homme à préférer l'affrontement avec l'histoire à la confrontation avec ses démons personnels. Quelle leçon tirer cependant des luttes passées ? Après tant de cataclysmes, la patrie idéale est-elle réalisée ? Le Bien, le bonheur social a-t-il encore un sens lorsque se perd la conscience du Mal ? La ruée sur les possessions ma [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification


Autres références

«  ILLYÈS GYULA (1902-1983)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'affranchissement des idéologies »  : […] Depuis les années 1980, la disparition progressive des contraintes idéologiques, qui va de pair avec les bouleversements qui aboutiront à la chute du régime communiste, favorise le pluralisme de la vie littéraire et artistique. Ainsi, bien avant les changements décisifs intervenus dans les années 1991-1992, les écrivains de valeur vont chercher leur place dans les rangs des contestataires, ou tout […] Lire la suite

POPULISTE HONGROISE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 767 mots

Les écrivains du mouvement populiste des années 1930 insistent sur le fait que la paysannerie est exclue de la nation. Ils se chargent donc de la représenter sur le terrain glissant de la politique et luttent pour des réformes agraires. Leurs références : Endre Ady et Dezsö Szabó (1879-1944). Ce dernier, à la fois anti-individualiste, anticapitaliste et antisémite, annonce dans son Village à la d […] Lire la suite

Pour citer l’article

André KARATSON, « ILLYÈS GYULA - (1902-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyula-illyes/