GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tradition et innovation

La dette de Guo Xi envers ses grands devanciers, Li Cheng et Fan Kuan (dont la majesté statique et l'objectivité impassible correspondent véritablement à un classicisme), est évidemment considérable. Si l'on en croit les sources littéraires, c'est l'influence de Li Cheng qui dut surtout primer (l'importance du phénomène est difficile à évaluer aujourd'hui, l'œuvre de Li Cheng étant particulièrement mal connue). Mais si vive que fût l'admiration de Guo Xi pour ses prédécesseurs, il ne pouvait se contenter comme tant d'autres de répéter leurs formules. Dans son traité de théorie picturale, le Haut Message des forêts et des sources (le plus important de tous les écrits de peintres qu'ait laissés l'époque Song), il condamne l'attitude des peintres qui s'enferment dans l'imitation exclusive d'un seul maître, et il préconise de se référer aux modèles les plus divers ; ensuite et surtout il enjoint le peintre de puiser, dans la contemplation directe de la nature, la force de transformer ses modèles et de proposer une création personnelle. Par son souffle et son ampleur grandioses, Guo Xi est bien l'héritier des maîtres du xe siècle et, dans l'extrême attention qu'il porte aux phénomènes naturels, aux qualités spécifiques, lumineuses et atmosphériques, des heures et des saisons, dans le réalisme des détails, il se montre un authentique observateur de la nature. Mais tous ces éléments empruntés tant aux leçons des maîtres qu'à l'analyse directe du motif sont fondus chez lui dans une vision originale, proprement baroque (la spirale dans un vaste mouvement centrifuge qui ne trouve nulle part le repos et semble vouloir se dilater au-delà du champ visuel de la peinture), vision originale qui s'appuie elle-même sur une série d'innovations techniques : les « rides en nuages enroulés » – juan yun cun – qui confèrent aux masses de ses rochers et de ses montagnes leur aspect nébuleux et tourmenté si typique, et surtout certains procédés de perspective.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  GUO XI [ KOUO HI ] (1020 env.-env. 1100)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du paysage : xe-xiie siècle »  : […] Cet art nouveau, qui avait germé à l'époque Tang, connaît son premier épanouissement au x e  siècle (Cinq Dynasties et début des Song du Nord). Le grand paysage chinois s'affirme alors dans toute sa plénitude, avec une majesté, un équilibre et une profondeur spirituelle qui resteront inégalables. Alors que les artistes Tang se limitaient encore pour la plupart à des procédés purement linéaires, to […] Lire la suite

LI CHENG [LI TCH'ENG] ET FAN KUAN [FAN K'OUAN] (Xe-XIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 206 mots

Dans le chapitre « De Li Cheng à Guo Xi »  : […] Les plus belles des œuvres traditionnellement attribuées à Li Cheng, outre le Temple dans la montagne , mentionné plus haut, lui sont toutes des peintures postérieures d'un siècle au moins. La Forêt hivernale (collection de l'Ancien Palais, Taiwan), la Lecture de la stèle (collection Abe, Ōsaka) lui sont attribuées pour la simple raison que leur sujet (arbres dénudés) et leur construction spatia […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guo-xi-kouo-hi/