GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Modernité de Guo Xi

L'activité picturale de Guo Xi a coïncidé avec une période de riche effervescence créatrice dans les lettres et les sciences, cependant que la vie politique de l'époque était marquée par une lutte intense au sein du gouvernement entre une faction conservatrice et une faction réformiste. Cette dernière dirigée par Wang Anshi rencontra l'approbation et le soutien de Shenzong et mit en œuvre une série de mesures audacieuses : renforcement du contrôle étatique sur l'économie, entraves apportées à la grande propriété terrienne. À la mort de Shenzong, son successeur Zhezong annula ces réformes de Wang Anshi et rappela la faction conservatrice au pouvoir ; le même Zhezong, on vient de le signaler, s'était également empressé de remplacer par des peintures antiques les Guo Xi qu'avait rassemblés son prédécesseur. On est naturellement tenté d'établir un parallèle entre les deux faits. Il n'est pas impossible que Guo Xi ait eu des relations avec la faction précédemment au pouvoir, ce qui aura pu suffire pour le rendre antipathique au nouveau souverain. Mais, plus profondément, il se peut fort bien que pour les goûts conservateurs de ce dernier la peinture de Guo Xi ait présenté un déplaisant caractère de modernité. Avec le recul du temps, il est difficile aujourd'hui d'imaginer en quoi cet art aurait jamais pu paraître révolutionnaire ; au contraire, l'impression immédiate qu'il impose est celle d'un développement logique et naturel, sans nul hiatus, de la grande formule du paysage que Fan Kuan et Li Cheng avaient triomphalement affirmée avant lui. Mais si les longues perspectives historiques tendent à oblitérer les différences et à renforcer les éléments de continuité au sein d'une évolution donnée, elles ne doivent pas nous faire perdre de vue que, pour ses contemporains, la peinture de Guo Xi devait en réalité comporter un aspect résolument novateur, comparable à beaucoup d'égards à ce que fut dans l'art occidental l'apparition de la peinture baroque après l'âge classique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  GUO XI [ KOUO HI ] (1020 env.-env. 1100)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du paysage : xe-xiie siècle »  : […] Cet art nouveau, qui avait germé à l'époque Tang, connaît son premier épanouissement au x e  siècle (Cinq Dynasties et début des Song du Nord). Le grand paysage chinois s'affirme alors dans toute sa plénitude, avec une majesté, un équilibre et une profondeur spirituelle qui resteront inégalables. Alors que les artistes Tang se limitaient encore pour la plupart à des procédés purement linéaires, to […] Lire la suite

LI CHENG [LI TCH'ENG] ET FAN KUAN [FAN K'OUAN] (Xe-XIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 206 mots

Dans le chapitre « De Li Cheng à Guo Xi »  : […] Les plus belles des œuvres traditionnellement attribuées à Li Cheng, outre le Temple dans la montagne , mentionné plus haut, lui sont toutes des peintures postérieures d'un siècle au moins. La Forêt hivernale (collection de l'Ancien Palais, Taiwan), la Lecture de la stèle (collection Abe, Ōsaka) lui sont attribuées pour la simple raison que leur sujet (arbres dénudés) et leur construction spatia […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guo-xi-kouo-hi/