GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'espace de Guo Xi

Les problèmes théoriques de perspective ont été pour la première fois abordés dans le traité de Guo Xi, avec l'énoncé et la définition des « trois modes de distanciation » (san yuan) : distance en altitude, distance en profondeur et distance en plan. Dans la pratique picturale, la « distance en profondeur » constitue la conquête la plus caractéristique du métier de Guo Xi : il s'agit de « creuser » la peinture en ouvrant au regard des couloirs entre les masses, qui donnent au spectateur l'illusion d'entrer dans le paysage. Dans son traité, Guo Xi avait défini la peinture parfaite comme étant celle où l'on peut résider ou se promener ; et tel est bien l'effet que procure son chef-d'œuvre Printemps précoce : la sensation de profondeur est obtenue par perspective atmosphérique ; l'encre traitée en couches successives ménage des dégradés subtils et d'infinies variations de tonalité ; une sorte de sfumato enveloppe les formes, arrondissant les masses et créant une circulation d'air autour des volumes qui suggère comme la possibilité d'en explorer l'envers. Le spectateur est proprement aspiré par la peinture, et se perd en elle pour un « voyage imaginaire » – wo you.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  GUO XI [ KOUO HI ] (1020 env.-env. 1100)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du paysage : xe-xiie siècle »  : […] Cet art nouveau, qui avait germé à l'époque Tang, connaît son premier épanouissement au x e  siècle (Cinq Dynasties et début des Song du Nord). Le grand paysage chinois s'affirme alors dans toute sa plénitude, avec une majesté, un équilibre et une profondeur spirituelle qui resteront inégalables. Alors que les artistes Tang se limitaient encore po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21450

LI CHENG [LI TCH'ENG] ET FAN KUAN [FAN K'OUAN] (Xe-XIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 206 mots

Dans le chapitre « De Li Cheng à Guo Xi »  : […] Les plus belles des œuvres traditionnellement attribuées à Li Cheng, outre le Temple dans la montagne , mentionné plus haut, lui sont toutes des peintures postérieures d'un siècle au moins. La Forêt hivernale (collection de l'Ancien Palais, Taiwan), la Lecture de la stèle (collection Abe, Ōsaka) lui sont attribuées pour la simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-fan/#i_21450

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guo-xi-kouo-hi/