RENI GUIDO, dit LE GUIDE (1575-1642)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avant de partir pour Rome (1600-1603), Guido Reni passa, à Bologne, comme l'Albane et le Dominiquin, de l'atelier de Calvaert à l'Académie des Carrache. Mais, à la différence de ses condisciples, il ne cherche pas sa voie près d'Annibal Carrache et ne participe pas aux travaux du palais Farnèse. Il est marqué lui aussi par Raphaël (fresque à Sainte-Cécile du Transtévère), mais surtout par Caravage (Crucifixion de saint Pierre, pinacothèque du Vatican ; La Charité, palais Pitti, Florence). Le peintre retourne ensuite à Bologne et collabore avec Ludovic Carrache (cloître de San Michele in Bosco, 1604-1605). En 1607, il est de nouveau à Rome. Son talent s'affirme en même temps que se précisent les sources de son inspiration : la statuaire romaine, d'une part ; Raphaël et Corrège, d'autre part. De cette période datent le Saint Matthieu et la Vierge en gloire avec saint Matthieu et saint Jérôme (pinacothèque du Vatican), Saint André conduit au supplice et le Concert d'anges de San Gregorio Magno, l'Annonciation du Quirinal. L'ascendant de Raphaël, l'étude de l'Antiquité lui inspirent, à Bologne, où il est à nouveau en 1611, le Samson victorieux et le Massacre des Innocents, peint pour San Domenico (tous deux à la pinacothèque de Bologne) ; cette œuvre célèbre, « l'une des plus solides et des plus cérébrales du Guide », selon C. Gnudi, « sera un modèle pour le classicisme français de Poussin à Ingres ». Un troisième séjour à Rome (1612) détermine chez Reni un intérêt renouvelé pour le classicisme limpide de Raphaël, qui s'exprime dans l'Aurore du Casino Rospigliosi (1613-1614). Puis le peintre se fixe à Bologne. Ses tableaux religieux : Apothéose de saint Dominique, 1615 ; Déposition de Croix, 1616 ; Madone du Rosaire, Mater Dolorosa (pinacothèque de Bologne) ; Ecce Homo (Louvre), assurent son succès auprès d'une clientèle dévote. Parmi ses tableaux mythologiques, d'une souplesse et d'un chromatisme plus sensibles, on peut citer, outre les épisodes d [...]

Le Massacre des Innocents, G. Reni

Le Massacre des Innocents, G. Reni

Photographie

Guido RENI, Le Massacre des Innocents, 1611. Pinacothèque de Bologne, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  RENI GUIDO, dit LE GUIDE (1575-1642)  » est également traité dans :

GUERCHIN GIOVANNI FRANCESCO BARBIERI dit (1591-1666)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 418 mots
  •  • 1 média

Marqué à ses débuts par les Ferrarais Scarsellino et Bonone, Guerchin se forme ensuite près de Ludovic Carrache. Mais il affirme très tôt une inspiration personnelle, une maîtrise dans l'emploi des contrastes lumineux et des gammes chaudes de couleurs, qui donnent une grande force expressive à ses premières œuvres ( Et in Arcadia ego , palais Corsini, Rome ; La Résurrection de Tabithe , palais Pit […] Lire la suite

REGNAULT JEAN-BAPTISTE (1754-1829)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 528 mots

Par l'importance de son œuvre, la qualité de ses élèves (Guérin par exemple), les honneurs qu'il reçut (membre de l'Institut en 1795, décoré par Napoléon et anobli), Regnault a pu être considéré et s'est en tout cas voulu comme le rival et l'égal de David. Aussi bien, le règne et le génie davidiens ont-ils obscurci toute une famille de peintres néo-classiques, moins marqués par la passion de l'Ant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « RENI GUIDO, dit LE GUIDE (1575-1642) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guido-reni/