GUERRE EN DENTELLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Guibert écrivait en 1790 : « Quand les nations elles-mêmes prendront part à la guerre tout changera de face ; les habitants d'un pays devenant soldats, on les traitera comme ennemis, la crainte de les avoir contre soi, l'inquiétude de les laisser derrière soi, les fera détruire. Ah ! c'était une heureuse invention que ce bel art, ce beau système de guerre moderne qui ne mettait en action qu'une certaine quantité de forces consacrées à vider la querelle des nations, et qui laissait en paix tout le reste, qui suppléait le nombre par la discipline, balançait les succès par la science et plaçait sans cesse des idées d'ordre et de conservation au milieu de cruelles nécessités que la guerre entraînait. »

« Ce bel art, ce beau système » dont parle Guibert, c'est ce que d'aucuns ont appelé la guerre en dentelles, une guerre de convenance entre chefs bien élevés, échangeant des politesses avant les premières salves — s'ils ne pouvaient éviter un combat coûteux — bref, faisant la guerre comme Buffon écrivait, en manchettes de dentelle.

Il est probable que les combattants de Malplaquet et de Denain, ou que ceux qui avaient participé à la retraite de Bohême sous Belle-Isle ne parlaient pas, eux, de guerre en dentelles quand ils évoquaient leurs souvenirs de combat. C'est par contraste avec les guerres de la Révolution et de l'Empire que celles du xviiie siècle ont pu paraître « en dentelles », et pour deux raisons.

Jusqu'au milieu du xviiie siècle, les armées se meuvent encore par masse monolithique, lente à la manœuvre et longue à se déployer ; il leur est difficile de se jeter sur l'ennemi. En effet, pendant qu'elles se mettent en ordre de bataille, celui-ci a le temps de se dérober. Risquer la bataille, c'est tout risquer. On ne la livre qu'avec la certitude de vaincre, sinon on esquive. D'où de multiples manœuvres, savantes et compassées, parfois sophistiquées. On peut même, par ces manœuvres, contraindre l'adversaire sans livrer bataille. Maurice de Saxe écrira qu'un habile général peut éviter la bataille pendant toute sa vie.

Deuxième [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification


Autres références

«  GUERRE EN DENTELLES  » est également traité dans :

FONTENOY BATAILLE DE (1745)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 511 mots

Fait d'armes le plus éclatant de la guerre de Succession d'Autriche, la bataille de Fontenoy est typique de la guerre en dentelles. L'armée française, commandée par le maréchal de Saxe alors hydropique mais resté plein d'ardeur, doit agir dans les Pays-Bas contre l'armée des Coalisés commandée par le duc de Cumberland, fils de George II. Avec ses 75 000 hommes, Maurice de Saxe investit Tournai, qu […] Lire la suite

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 311 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La guerre ludique et la guerre totale »  : […] Dans les temps historiques, à partir de l'Antiquité, on pratiqua toutes les formes de guerre, de sorte qu'il est impossible de retracer les étapes d'une évolution compliquée. Toutefois, étudier la transformation des armements et la conduite de la guerre dans son rapport aux structures sociales, comme l'a fait en particulier Roger Caillois, met en évidence le jeu complexe de quelques facteurs princ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DELMAS, « GUERRE EN DENTELLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-en-dentelles/