FONTENOY BATAILLE DE (1745)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fait d'armes le plus éclatant de la guerre de Succession d'Autriche, la bataille de Fontenoy est typique de la guerre en dentelles. L'armée française, commandée par le maréchal de Saxe alors hydropique mais resté plein d'ardeur, doit agir dans les Pays-Bas contre l'armée des Coalisés commandée par le duc de Cumberland, fils de George II. Avec ses 75 000 hommes, Maurice de Saxe investit Tournai, que son adversaire tente de secourir avec 55 000 hommes, Anglais, Hollandais, Hanovriens et Autrichiens. L'armée française est disposée en équerre sur la rive est de l'Escaut, sa droite appuyée au village d'Antoing, son centre face au village de Fontenoy, sa gauche au mont de la Trinité. Ce dispositif est couvert par des redoutes et fortement garni d'artillerie. Une telle concentration de troupes dans un champ clos de deux kilomètres carrés rappelle le Moyen Âge. Tel Jean le Bon à Poitiers, Louis XV est venu avec le dauphin pour en découdre avec les Anglais ; il prendra moins de risques. L'armée anglaise attaque en rangs serrés et, malgré des pertes sévères causées par l'artillerie des Français, parvient au contact de leur première ligne. Ici se place le célèbre échange de politesses (« Messieurs des gardes françaises, tirez ! », s'écrie lord Hay en ôtant son chapeau ; « Messieurs les Anglais, nous ne tirons jamais les premiers », répond aussi courtoisement le comte d'Auteroche). En réalité, une ordonnance surannée, et absurde depuis que la cadence de tir s'est un peu accélérée, prescrit à l'infanterie française d'essuyer le premier feu. Le tir des Anglais fauche le premier rang des Français dont le centre part à la débandade. Les Anglais poursuivent leur avance à pas lents, en tirant bas et droit, pénétrant profondément au centre du dispositif français, où ils finissent par former un carré de 15 000 hommes. C'est en vain que les escadrons français, l'un après l'autre, s'élancent vaillamment à l'assaut de ce carré aux feux meurtriers. Mais le maréchal de Saxe, reprenant la situation e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FONTENOY BATAILLE DE (1745)  » est également traité dans :

RICHELIEU LOUIS FRANÇOIS ARMAND DE VIGNEROT duc de (1696-1788) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 622 mots

Petit-neveu du cardinal et archevêque de Lyon, marié à Mlle de Noailles, le duc de Fronsac reçoit à la mort de son père, en 1715, le nom de Richelieu. Jeune homme turbulent, il est embastillé à deux reprises ; mousquetaire, il prend part à la guerre de Succession d'Espagne. Compromis dans la conspiration de Cellamare, il est embastillé pour la troi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-francois-armand-de-richelieu/#i_49264

SAXE MAURICE comte de, dit LE MARÉCHAL DE SAXE (1696-1750) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 683 mots

Un des guerriers les plus illustres du xviii e  siècle, fils naturel d'Auguste II, Électeur de Saxe et roi de Pologne. Élevé dans les exercices militaires, Maurice de Saxe commence sa carrière à douze ans, au siège de Lille où il rejoint son père dans le camp des ennemis de la France. Il participe au siège de Tournai, combat à Malplaquet, obtient u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saxe-maurice-comte-de-dit-le-marechal-de-saxe-1696-1750-marechal-de-france/#i_49264

Pour citer l’article

Pierre GOBERT, « FONTENOY BATAILLE DE (1745) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-fontenoy/