MERCENAIRES GUERRE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin de la première guerre punique en ~ 241, Carthage doit affronter deux problèmes urgents et graves : licencier son armée de mercenaires, recrutée notamment chez les Libyens, les Numides, les Ibères, les Celtes et les indigènes des îles Baléares, ainsi que parmi certains transfuges ou esclaves romains ; payer leur solde à des hommes dont la guerre est le seul métier et l'unique ressource. L'effort de guerre, les dépenses engagées, la défaite militaire, les indemnités versées à Rome ont ruiné Carthage. Les mercenaires licenciés en Sicile par le général carthaginois Giscon arrivent à Carthage et forment une population désœuvrée qui réclame en vain son dû. Carthage verse parcimonieusement de l'argent à ces misérables, en leur promettant pour plus tard la somme à laquelle ils ont droit. Regroupés, conscients de leur force, les mercenaires formulent chaque jour de nouvelles exigences. L'oligarchie carthaginoise au pouvoir refuse tout compromis. Les mercenaires, dirigés par Spendios, un esclave campanien, Mathô, un Libyen, et Autolicos, un Gaulois, se révoltent et entraînent dans leur mouvement insurrectionnel les populations des villes de l'Est tunisien, lassées de l'oppression carthaginoise. Ils assiègent Utique et Bizerte, bloquent Carthage, malgré les efforts du général Hannon pour desserrer l'étreinte. Hamilcar Barca réussit à rétablir la situation militaire, préconise une sorte de paix des braves et un pardon général qui est refusé par les insurgés. Nommé commandant en chef, Hamilcar Barca s'abstient de faire une guerre de position et harcèle les convois de ravitaillement, les postes militaires des mercenaires, et leurs voies de communication. Devant leur échec, les chefs des révoltés cherchent à négocier, mais sont retenus prisonniers et bientôt mis en croix devant les murs de Tunis, ville occupée par Mathô. Mourant de faim, les mercenaires sont battus, et la guerre qui avait mis en péril l'empire carthaginois s'achève en se transformant en guerre d'indépendance. Soucieuse d'équilibre et inquiète de ces flambées nationalistes, Rome a aidé économiquement et diplomatiquement Carthage dans sa lutte contre les mercenaires qui dura de ~ 241 à ~ 238. Cette guerre des Mercenaires, appelée « guerre inexpiable » par l'historien Polybe, est racontée d'une manière romancée par Flaubert dans Salammbô.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  MERCENAIRES GUERRE DES  » est également traité dans :

GUERRES PUNIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 281 mots

— 241-— 237 Révolte des Mercenaires contre Carthage (épisode de Salammbô) ; Rome en profite pour annexer la Corse et la Sardaigne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/puniques-reperes-chronologiques/#i_32762

PUNIQUES (GUERRES)

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 4 931 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La première guerre punique »  : […] des paysans libyens asservis, qui allait trouver une « aile marchante » dans la masse des mercenaires auxquels le gouvernement punique refusait de payer les arriérés de solde ; d'autre part, les citoyens des classes moyennes et inférieures que la décadence de la marine atteignait directement dans leurs intérêts économiques ; enfin, les militaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/puniques-guerres/#i_32762

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « MERCENAIRES GUERRE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-des-mercenaires/