SUCCESSION DE BRETAGNE GUERRE DE LA (1341-1365)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conflit ouvert en 1341, lorsque le duc de Bretagne Jean III meurt sans enfants, après avoir marié Jeanne de Penthièvre, fille de son frère Guy (mort en 1331), à Charles de Blois, neveu de Philippe VI de Valois. Le demi-frère de Jean III, Jean de Montfort, oppose ses droits à ceux de Jeanne de Penthièvre et prend les devants : il occupe les places fortes et s'allie aux Anglais. Philippe VI soutient son neveu et va prendre Nantes, où Jean de Montfort est fait prisonnier. Les guerres, où s'affrontent en réalité Anglais et Français, prennent l'étrange allure d'un conflit entre les « deux Jeanne », Jeanne de Penthièvre et Jeanne de Flandre, femme de Jean de Montfort. Ce dernier, libéré en 1343, meurt peu après, laissant un fils qui est élevé en Angleterre, où il épouse la fille d'Édouard III. Après un répit (trêve de Malestroit, 1343), la guerre reprend et Charles de Blois est pris en 1347, cependant que les Français sont pratiquement expulsés du duché. Les troupes des deux partis continuent cependant à sillonner la Bretagne et à multiplier les dévastations. C'est dans ces combats que commence de s'illustrer Bertrand Du Guesclin. Le parti de Montfort essuie quelques défaites (combat des Trente, 1351 ; vain siège de Rennes par Lancastre, 1356) mais l'emporte définitivement à Auray, où Charles de Blois est tué en 1364. L'habileté du fils de Jean de Montfort, revenu d'Angleterre, et l'entêtement de Jeanne de Penthièvre multiplient les ralliements à la cause des Montfort. Par le traité de Guérande (12 avr. 1365), Jean de Montfort, le vainqueur d'Auray, est reconnu comme duc (Jean IV) et laisse le comté de Penthièvre à sa cousine. Charles V ne renonce pas et, profitant d'un engagement excessif du duc Jean IV dans l'alliance anglaise, fait occuper la Bretagne par Du Guesclin (1372). Le duc s'enfuit en Angleterre et la cour du roi prononce la confiscation de la Bretagne (1378). La noblesse bretonne réagit contre l'annexion en rappelant Jean IV en 1379 mais lui imposa l'abandon de l'alliance anglaise. Le second traité de Guérande (4 avr. 1381) met un terme à l'affaire : le roi de France reconnaît Jean IV, qui prête hommage lige pour son duché.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  SUCCESSION DE BRETAGNE GUERRE DE LA (1341-1365)  » est également traité dans :

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 671 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « À l'époque féodale (Xe-XVe siècle) »  : […] Face à l'Europe romane et gothique, la Bretagne ducale fait longtemps figure de parent pauvre. Chancelleries royale et pontificale s'accordent pour ne concéder au duc que le simple titre de comte – ce jusqu'au xiii e  siècle. Les maisons de Nantes, de Rennes et de Cornouaille étendent cependant le domaine ducal sur l'ensemble de la péninsule. Depu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bretagne/#i_37781

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « SUCCESSION DE BRETAGNE GUERRE DE LA - (1341-1365) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-la-succession-de-bretagne/