GROUPE DES DIX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'occasion des difficultés monétaires internationales des années 1960, il est devenu nécessaire d'organiser une collaboration étroite entre les autorités des principaux pays industrialisés du monde occidental, dans un cadre moins vaste et moins officiel que celui du F.M.I. ou de l'O.C.D.E. Ainsi, forts de l'expérience du pool de l'or créé au printemps de 1961, les représentants des banques centrales de dix pays réunis la même année à Vienne (république fédérale d'Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Italie, France, Japon, Suède, États-Unis, Canada, Royaume-Uni) prirent l'initiative d'accroître les ressources insuffisantes du F.M.I. en signant avec ce dernier des « accords généraux d'emprunt » ; ceux-ci mettaient à la disposition du Fonds, en cas de besoin, un montant supplémentaire de 6 milliards de dollars en leurs propres monnaies nationales (ce qui est différent d'une augmentation des quotas, où chaque pays aurait dû verser de l'or et des devises). Il s'agissait surtout de venir en aide au Royaume-Uni et aux États-Unis, dont les balances des paiements étaient déséquilibrées par des déplacements massifs de capitaux. Aussi les pays européens y virent-ils, en fait, un moyen de renforcer leur pouvoir de négociation vis-à-vis de leurs partenaires anglo-saxons et d'exercer un certain contrôle sur l'utilisation des concours du Fonds.

Les difficultés persistantes du système monétaire international vont, en 1963, confirmer ces pays dans leur désir de se constituer définitivement en groupe des Dix (en fait onze, si l'on compte la Suisse, admise à participer en tant qu'observateur à partir de 1964) pour étudier la situation des paiements internationaux, déterminer les besoins futurs des réserves internationales et préparer à l'intention du F.M.I. des propositions de réforme. Dès lors, malgré l'absence de structure permanente et avec un statut purement consultatif, mais bénéficiant du concours des organismes officiels existants, F.M.I., B.R.I., O.C.D.E., qui lui communiquent études et informations et assurent le secrétariat de ses réunions, le groupe n'a cessé de jouer un rôle important. Ainsi son refus de continuer à prêter son concours au Royaume-Uni pour combler le déficit persistant de sa balance des paiements a entraîné la dévaluation de la livre en novembre 1967 ; en 1969, il arriva à un compromis entre les points de vue opposés des participants (France et États-Unis notamment) et proposa au F.M.I. l'institution des droits de tirage spéciaux (D.T.S.). Résistant à la pression des États-Unis qui désiraient voir les autres pays participants réévaluer leurs monnaies, le groupe favorisa aussi la réunion de la conférence des Açores et les accords de Washington qui entérinèrent, en décembre 1971, la dévaluation du dollar de 7,89 p. 100.

Cependant, irrités du pouvoir exercé par ce groupe et prenant prétexte de l'élimination anormale des pays sous-développés de réunions qui cherchaient à définir les conditions de l'équilibre monétaire international, les États-Unis obtinrent en juillet 1972 d'accroître le nombre des participants. Cela aboutit à la constitution, au sein du F.M.I., d'un groupe des Vingt (c'est-à-dire le groupe des Dix élargi aux pays suivants : Inde, Brésil, Maroc, Éthiopie, Argentine, Mexique, Zaïre, Australie, Indonésie, Irak), chargé plus spécialement de l'étude des réformes nécessaires du système monétaire international et permettant ainsi aux pays non industrialisés d'exprimer leurs préoccupations. Les travaux de ce groupe, également dénommé comité des Vingt ou comité intérimaire, s'ils n'ont pas permis de rebâtir le système monétaire international autour d'un F.M.I. qui serait devenu sa banque centrale, ont préparé la conférence de la Jamaïque (1976), c'est-à-dire l'éviction de l'or des relations monétaires internationales.

Aux « accords généraux d’emprunt » mis en place par le groupe des Dix pour le F.M.I. se sont adjoints depuis les « nouveaux accords d’emprunt » engageant un nombre croissant de pays et d’institutions. Mais le groupe des Dix n'a pas pour autant cessé de fonctionner, son pouvoir s'appuyant tout naturellement sur la puissance économique et financière de ses membres. Il reste toujours associé à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

1er-30 juin 2022 Ukraine – Russie. Conquête de Sievierodonetsk par les forces russes.

Le 27 également, la Lituanie est visée par une cyberattaque revendiquée par le groupe de hackers prorusses Killnet, à la suite des restrictions imposées au transit entre la Russie et l’enclave russe de Kaliningrad. Le 29, la Norvège est à son tour la cible d’une cyberattaque du même groupe. Killnet affirme vouloir s’en prendre au secrétaire général de l’OTAN et ancien Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, qualifié d’« ennemi numéro un des Russes », et riposter au blocage par Oslo d’une cargaison destinée aux mineurs russes travaillant dans l’archipel norvégien du Svalbard, situé dans l’océan Arctique. […] Lire la suite

16 juin 2022 Suisse. Confirmation du refus de vendre de l'alcool dans les magasins Migros.

Les adhérents des dix coopératives régionales du groupe de distribution Migros rejettent la proposition de la direction d’autoriser la vente de boissons alcoolisées dans les magasins afin de s’aligner sur la concurrence. Cette interdiction avait été fixée en 1928 par le fondateur du groupe Gottlieb Duttweiler. Environ 29 % des deux millions trois cent mille adhérents des coopératives participent au scrutin. […] Lire la suite

10 avril 2022 Salvador. Vaste opération policière contre les gangs.

Seize mille membres de gangs étaient déjà emprisonnés dans le pays, sur un effectif total estimé à soixante-dix mille personnes. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 20, un nouveau décompte du HCR chiffre à dix millions le nombre d’Ukrainiens qui ont quitté leur foyer du fait de la guerre, soit plus du quart de la population, dont près de trois millions quatre cent mille exilés. Le 21, un tribunal de Moscou interdit les activités en Russie des réseaux sociaux Facebook et Instagram qui sont identifiés comme des « organisations extrémistes ». […] Lire la suite

28 février 2022 Environnement. Publication du deuxième volet du sixième rapport du GIEC.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publie le deuxième volet de son sixième rapport d’évaluation centré sur les impacts, les vulnérabilités et l’adaptation à la crise climatique. L’analyse, effectuée par deux cent soixante-dix scientifiques du monde entier de quelque trente-quatre mille études internationales, révèle l’existence d’impacts généralisés et pour certains déjà irréversibles, qui s’aggraveront encore avec l’intensification du réchauffement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul HUET, « GROUPE DES DIX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-des-dix/