GROS, monnaie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis la réforme monétaire carolingienne, alors que l'habitude s'était instaurée de compter par deniers, sous et livres, on ne frappait plus en réalité que des deniers. Pour répondre aux besoins de la renaissance économique du xiiie siècle et également afin d'unifier la monnaie du royaume et de supplanter la monnaie féodale, Saint Louis fit frapper en 1266 le « gros d'argent », ou sou d'argent.

Ce n'était pas une nouveauté : les matapans vénitiens avaient été frappés dès 1202, les sous florentins, peu avant 1237. Le mouvement est véritablement européen : vers le milieu du xiiie siècle, on trouve les aquilini grossi du Tyrol, les sous de Montpellier en 1273, les gros de Flandre vers 1275, les groats anglais vers 1279, les Groschen de Bohême en 1296.

Le gros tournois de Saint Louis valait 12 deniers tournois (soit 9,5 deniers parisis). Le sou tournois pesait 4,22 g d'argent, au titre de 23/24 d'argent fin, alors que la plupart des monnaies d'argent n'étaient titrées qu'à 10/24. Cela explique le succès de cette monnaie nouvelle.

Saint Louis avait voulu faire coïncider monnaie de compte et espèces monétaires. La qualité du gros ne tarda pas à faire hausser son cours : sous Philippe le Bel, il vaut 13, puis 15 deniers, au lieu de 12. Sous les successeurs de Philippe le Bel, alors que la monnaie est sans cesse remaniée, le gros tournois cède la place à des pièces dites gros ou gros blanc, dont on abaissera le titre autant de fois qu'il sera nécessaire pour les empêcher de s'élever en valeur de compte. Le résultat de cette pratique est l'encombrement du marché par une foule de mauvaises pièces et la hausse du gros tournois de Saint Louis, qui continue à circuler. Charles V s'efforça de restaurer le gros tournois, mais à la taille de 96 au marc au lieu de 58 ou 60, c'est-à-dire en consacrant la hausse considérable du prix de l'argent.

Abandonné sous Charles VI, repris à la fin du règne de Charles VII au cours de 30 deniers, le gros tournois devait disparaître au xvie siècle, remplacé par les testons, à l'effigie royale et contenant une qualité très supérieure d'argent.

—  Jean DÉRENS

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  GROS, monnaie  » est également traité dans :

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « L'essor économique »  : […] Au début du xiv e  siècle, le roi de France est réputé le plus puissant de la chrétienté parce que la population de son royaume est la plus nombreuse (vingt millions environ contre quatorze à l'Allemagne, quatre à l'Angleterre). Le développement des échanges extérieurs et intérieurs a entraîné, à peu près au même moment qu'à Gênes, Florence et Ven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens/#i_14609

LIVRE TOURNOIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 4 501 mots

Dans le chapitre « Le cours »  : […] Jusqu'au xiii e  siècle, seul circule le denier d'argent d'un poids égal au 1/240 d'une livre. Cette pièce ne comporte aucune mention de valeur faciale car sa valeur est sans ambiguïté celle d'un denier-poids d'argent. Par contraction, on dira un denier. Fixer à un denier le prix de quelque chose revient à signifier que ce bien a un prix égal au p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-tournois/#i_14609

MONNAIE - Histoire de la monnaie

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 9 794 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le nouveau système médiéval et les débuts des Temps modernes »  : […] À l'orée du xiii e  siècle, en effet, l'Occident, selon le mot de Guy Fourquin, « s'anime et devient conquérant ». Le premier indice de ce « décollage » fut la reprise du monnayage de l'or. C'est désormais cette soif du métal précieux qui servit de moteur à l'expansion européenne, jusqu'au xix e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-histoire-de-la-monnaie/#i_14609

LOUIS IX ou SAINT LOUIS (1214-1270) roi de France (1226-1270)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 460 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Consolidation du pouvoir royal »  : […] Le prestige que valent à Louis IX ses vertus s'ajoute à celui qu'il tire d'une succession héréditaire jusque-là sans faille, d'un sacre qui fait de la royauté une sorte de sacerdoce, et d'une puissance solidement établie par l'énergique Philippe Auguste, son grand-père. Il en profite pour placer plus catégoriquement la monarchie hors de la pyramide des droits féodaux – et non plus seulement au som […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-louis/#i_14609

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « GROS, monnaie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gros-monnaie/