Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRAPHOLOGIE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Graphologie et sélection professionnelle

Très tôt, avec Michon, les graphologues ont proposé leurs services dans tous les domaines ou des évaluations de la personnalité paraissent souhaitables. Ils n'ont rencontré un certain succès que dans un seul : le recrutement professionnel – la graphologie étant censée prédire l'adaptation et l'efficience professionnelles. Deux types d'usage se sont répandus : un examen sommaire de l'écriture qui, avec l'examen du curriculum vitae, permet de retenir au début du processus de sélection certains candidats à un poste pour les étapes ultérieures ; un examen plus approfondi donnant lieu à un compte rendu détaillé dans les dernières étapes de la sélection des cadres.

L'adaptation et la réussite professionnelle n'étant que faiblement associées à la personnalité et la personnalité n'étant pas liée à l'écriture, on ne voit pas pourquoi l'écriture permettrait de prédire adaptation et réussite professionnelles. Les études de validité ont montré que celle de la graphologie était quasiment nulle, quels que soient les critères retenus et quelles que soient les méthodes utilisées, lorsque les graphologues ne disposent pas des informations complémentaires contenues dans le curriculum vitae ou la lettre de motivation.

Au début des années 1990, selon plusieurs enquêtes, la graphologie était massivement utilisée en France, soit systématiquement, soit occasionnellement, par les grandes entreprises et les cabinets de recrutement. Bien que nettement moins fréquent, l'usage de la graphologie était néanmoins significatif en Belgique, en Suisse et en Israël. Il était marginal partout ailleurs. Les raisons données pour le justifier étaient le faible coût de la procédure, sa rapidité et sa validité, validité constamment affirmée, mais jamais démontrée. Depuis, cet usage de la graphologie a fortement régressé. Ce recul a plusieurs causes : la mondialisation de l'économie a pour conséquence la généralisation des standards anglo-saxons en matière de gestion du personnel, standards qui ignorent la graphologie ; le développement d'Internet fait que l'on accorde de moins en moins de place à l'écriture manuscrite ; enfin, il n'est pas exclu que les critiques dont la graphologie a été l'objet aient eu au final un certain effet.

— Michel HUTEAU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Michel HUTEAU. GRAPHOLOGIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 09/01/2018

Autres références

  • KLAGES KARL LUDWIG (1872-1956)

    • Écrit par
    • 1 175 mots

    Né à Hanovre, Ludwig Klages étudia d'abord la physique et la chimie, puis, aux universités de Leipzig, Hanovre et Munich, la psychologie et la philosophie. C'est à Munich qu'il rédigea, en collaboration avec H. H. Busse, Die graphologische Praxis et Graphologischen Monathefte...

  • OPTIQUE - Optique cohérente

    • Écrit par
    • 3 978 mots
    • 4 médias
    Une application voisine est l'analyse graphologique : toute lettre manuscrite comporte une base, ou stéréotype, modifiée par un facteur de forme. La base est commune à tous les scripteurs : elle nous permet d'identifier les lettres ; le facteur de forme est particulier à chaque écriture, il nous montre...