Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRAPHOLOGIE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Analogie et symbolisme en graphologie

L'écriture manuscrite est une manifestation de l'individualité, elle est une trace de la motricité et elle est sensible aux émotions, il est donc légitime de s'interroger sur ses relations avec la personnalité. Pour étudier cette question, il suffit de mettre en œuvre une démarche scientifique élémentaire : décrire objectivement l'écriture d’une part, la personnalité d’autre part, et mesurer la corrélation entre les deux descriptions. Cette démarche peut être exploratoire ou destinée à vérifier des hypothèses précises. Il restera ensuite à expliquer les faits éventuellement mis en évidence ou à approfondir leur signification. Si les graphologues procédaient ainsi, il n'y aurait pas lieu de s'interroger sur le caractère scientifique de la graphologie. Mais il suffit de parcourir les traités et les manuels de graphologie pour constater que les nombreuses correspondances signalées entre le graphisme et la personnalité ne sont jamaisobtenues de cette manière…

Les graphologues, dans leur immense majorité, sont hostiles à toute mesure des caractères de l'écriture (graphométrie). Ils valorisent fortement l'impression immédiate. La description n'est souvent pas distinguée de l'interprétation. Les acquis des sciences de l'écriture sont ignorés. Pour la psychologie, les graphologues se réfèrent au sens commun et à des caractérologies anciennes. L'observation, tant celle de l’écriture que celle de la personnalité, est souvent évaluative (notamment en faisant de l'harmonie un signe de supériorité dans tous les domaines).

Pour établir les relations entre écriture et personnalité, les graphologues font appel a une « loi de l'expression », qui énonce que les contenus psychiques s'expriment par des analogies et des symboles. Pour Jacqueline Peugeot, présidente d’honneur de la Société française de graphologie en 2018, dont le manuel sert de base à la formation des graphologues depuis plusieurs dizaines d’années, cette discipline s'appuie « sur des interprétations à base de raisonnements analogiques fondés sur l'expressivité directe du geste graphique et le symbolisme archétypique des formes de l'espace... » L'écriture évoque, pour tout le monde, des caractères psychologiques. Les graphologues attribuent d'emblée ces caractères au scripteur (on dira ainsi que ceux dont l'écriture est jugée rapide ont l'esprit vif). Les angles évoquent et symbolisent la masculinité tandis que les courbes évoquent la féminité. Ceux dont l'écriture est jugée anguleuse se verront attribuer tous les traits du stéréotype masculin, ceux dont l'écriture est arrondie tous les traits du stéréotype féminin. On généralisera des interprétations hasardeuses (du type « ceux qui écrivent serré veulent économiser le papier, ils sont avares »). On admet que les lettres s'enchaînent pour former des mots comme les idées pour former des discours, les lettres liées sont alors le fait d'esprits logiques et les lettres non liées celui d'esprits imaginatifs. Les graphologues, à la suite de Max Pulver (1889-1952), font grand cas du symbolisme de l'espace : en haut l'idéalisme, les sentiments nobles et l'intellectualisation ; en bas le matérialisme, les instincts et le sens pratique ; à gauche le passé et l'égocentrisme ; à droite l'avenir et l'ouverture aux autres. De nombreux aspects de l'écriture sont interprétés à partir de ce symbolisme (de grandes hampes constitueraient un indice de spiritualité, de grands jambages un signe de sensualité…).

Toutes ces interprétations ne sont que des hypothèses hardies que les graphologues ne vérifient jamais tant elles leur paraissent évidentes. Les justifications à partir d'analyses de l'écriture de personnalités[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Michel HUTEAU. GRAPHOLOGIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 09/01/2018

Autres références

  • KLAGES KARL LUDWIG (1872-1956)

    • Écrit par
    • 1 175 mots

    Né à Hanovre, Ludwig Klages étudia d'abord la physique et la chimie, puis, aux universités de Leipzig, Hanovre et Munich, la psychologie et la philosophie. C'est à Munich qu'il rédigea, en collaboration avec H. H. Busse, Die graphologische Praxis et Graphologischen Monathefte...

  • OPTIQUE - Optique cohérente

    • Écrit par
    • 3 978 mots
    • 4 médias
    Une application voisine est l'analyse graphologique : toute lettre manuscrite comporte une base, ou stéréotype, modifiée par un facteur de forme. La base est commune à tous les scripteurs : elle nous permet d'identifier les lettres ; le facteur de forme est particulier à chaque écriture, il nous montre...