GORGĀN ou GURGĀN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancienne Hyrcanie (littéralement : pays des loups) actuellement rattachée à la province iranienne du Mazandéran (ou Māzandarān), le Gorgān (Djurdjān chez les géographes arabes), région autrefois prospère, a terriblement souffert des invasions turkmènes qui pouvaient nomadiser dans les steppes toutes proches des pays de l'Atrāk. Le toponyme Gorgān fut donné sous Rezā Shāh au chef-lieu (l'ancienne Astarābād) et à la région. Autrefois, il désignait l'antique capitale située plus à l'est, l'actuelle Gonbad-e Qābūs (du nom d'un prince ziyaride), où l'on peut encore voir l'impressionnante tour funéraire (63 m) achevée en 1006. Les invasions turco-mongoles ont fait de cette métropole une modeste bourgade. La pacification du Turkménistan russe a provoqué une renaissance de la vie sédentaire : l'habitat s'est transformé avec la disparition progressive de la yourte ; certains chefs turkmènes patronnent maintenant la grande culture mécanisée du blé, et l'irrigation des zones steppiques a été développée.

L'occupation très ancienne de la région est attestée par les nombreux tépé (colline en turc), sortes de buttes témoins (phase de civilisation préaryenne attestée dès le Néolithique, culminant à l'âge du cuivre au ~ IIe millénaire), et par de nombreux vestiges sassanides, dont le mur dit d'Alexandre. Le chef-lieu (139 430 hab. en 1986) est une antique bourgade préislamique. Marché urbain pour les nomades, cette cité fut un foyer de résistance sunnite dans l'Iran shī‘ite. Centre de la tribu Qadjar au xviiie siècle, elle fut maintes fois pillée par les Turkmènes au xixe. De nombreux séismes ont détruit la plupart des monuments anciens.

—  Jean CALMARD

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  GORGAN ou GURGAN  » est également traité dans :

ĀQĀ MOHAMMAD KHĀN ou AGHĀ MUḤAMMAD KHĀN (1742?-1797) shāh de Perse (1796-1797)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 089 mots

Réunificateur de la Perse après la désagrégation de l'empire de Nāder Shāh (1736-1747) et la période troublée de luttes pour la succession de Karim Khān Zand (1750-1779), Āqā Mohammad Khān est le fondateur de la dynastie des Qādjār (1794-1925) sous laquelle la Perse subit des changements profonds ; d'une monarchie orientale médiévale, elle se transforma en une monarchie constitutionnelle ayant les […] Lire la suite

HYRCANIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 52 mots

Ancienne province de l'Asie centrale. Située au sud-est de la mer Caspienne, l'Hyrcanie avait pour capitale Astrabad (l'actuel Gorgan), et elle fit partie des empires mède, achéménide, séleucide et parthe, soit comme province indépendante, soit comme province assimilée à la Parthie. […] Lire la suite

MAZANDÉRAN ou MĀZANDARĀN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 383 mots
  •  • 1 média

Province iranienne (23 701 km 2 ) située au sud-est de la mer Caspienne, à l'est du Guilan, ou Gilān (limite marquée par le rétrécissement du littoral à l'est de Rūdsar), fermée au sud par la barrière montagneuse de l'Elbourz (culminant à 5 678 m au mont Damāvand). De la frontière du Gilān à l'ouest de Mahmūdābād, la plaine côtière est étroite ; la montagne est très proche, et le paysage caractéri […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « GORGĀN ou GURGĀN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgan-gurgan/