GNF6702, INHIBITEUR DE PROTÉASOMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Structure d’un protéasome

Structure d’un protéasome
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les trois parasites flagellés cibles de l’inhibiteur de protéasome

Les trois parasites flagellés cibles de l’inhibiteur de protéasome
Crédits : Blaine Mathison/ CDC ; F. Brenière ; AKG-images/Science Photo Library

photographie

Lésion de leishmaniose cutanée

Lésion de leishmaniose cutanée
Crédits : Paula Bronstein/ Getty Images

photographie

Série de molécules antiflagellées

Série de molécules antiflagellées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les antiprotéasomes, une nouvelle classe de médicaments

Les protéasomes sont des édifices plurimoléculaires issus de l’association de plusieurs protéines dont l’activité enzymatique fragmente en acides aminés des protéines du cytoplasme de la cellule, parce qu’elles sont mal repliées dans l’espace, anormales de quelque manière ou simplement en excès par rapport aux besoins. Les protéasomes occupent ainsi une place pivot dans le contrôle de la quantité et de la qualité du métabolisme protéique des cellules. Ils ne clivent pas les protéines au hasard, mais seulement celles qui sont « marquées » par une petite protéine de soixante-seize acides aminés, l’ubiquitine. La découverte du rôle conjoint de l’ubiquitine et des protéasomes a été récompensée par le prix Nobel de chimie, en 2004, décerné à A. Ciechanover, A. Hershko et I. Rose. À l’inverse, quand l’activité enzymatique des protéasomes est inhibée, les protéines marquées, « ubiquitinylées », s’accumulent dans la cellule, laquelle meurt ensuite par divers mécanismes, notamment par apoptose. Le GNF6702 est une molécule inhibitrice dont le mode d’action est différent de celui d’autres antiprotéasomes déjà connus, car elle agit en bloquant de manière irréversible l’activité de la sous-unité enzymatique cible. Cela constitue un avantage pharmacologique certain puisque l’inhibition est de longue durée.

Les inhibiteurs de l’activité des protéasomes constituent une classe particulière de médicaments faisant l’objet d’une recherche active, et qui renouvelle l’arsenal thérapeutique dans le traitement de nombreuses pathologies. Le GNF6702 n’est en effet pas le seul médicament à agir par inhibition de l’activité protéolytique des protéasomes. Il en existait une trentaine à la fin de juillet 2018. Certaines de ces molécules sont d’origine naturelle, comme la Glidobactine A, isolée en 1988 de Polyangium brachysporum. La plupart sont des produits de synthèse dont la structure est dérivée de celles des produits naturels. Selon leur structure, ils agissent à différents niveaux de la cons [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « GNF6702, INHIBITEUR DE PROTÉASOMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnf6702-inhibiteur-de-proteasomes/