GLAUCONITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aluminosilicate ferromagnésien hydraté, de formule (K, Na)(Fe3+, Fe2+, Al, Mg)2 3[Si3 (Si,AL)O10](OH)2,4 H2O, la glauconite se cristallise dans le système monoclinique ; elle est rarement observée en petits cristaux hexagonaux, mais plutôt en petits grains arrondis ou en sphérules d'un diamètre allant de 1 à quelques millimètres. Sa cristallinité n'apparaît bien qu'au microscope et, souvent même, aux plus forts grossissements seulement. Ce minéral se montre alors formé de petites lamelles enchevêtrées. De couleur vert foncé, noir verdâtre, son éclat est en général vitreux ou gras, suivant les compositions. Sa dureté est de 2 à 3 et sa masse volumique de 2,2 à 2,8 g/cm3.

La glauconite est répandue dans les roches sédimentaires accumulées dans la mer (sables, gaizes, argiles, roches carbonatées, phosphorites), à des profondeurs relativement faibles, dans des secteurs proches des côtes et dans des dépôts marins actuels (vases vertes, sables). Ce minéral se forme principalement dans les fonds de 200 à 1 800 mètres, bien qu'on l'ait observé aussi, mais en moindre quantité, à des profondeurs inférieures ou supérieures. Il n'a jamais été rencontré en voie de formation dans la zone littorale, pas plus que dans les grands fonds de l'océan. En France, on ne l'a trouvé que dans les assises crétacées ou tertiaires.

L'examen microscopique fait voir que les grains de glauconite sont souvent associés à des organismes ; ce minéral remplit les coquilles de mollusques, de foraminifères, les spicules d'éponges. Il n'y a pas de lien nécessaire entre la formation de ce minéral et l'existence de ces organismes, car on trouve souvent la glauconite entourant les grains de quartz ou de feldspath, épigénisant progressivement des feldspaths ou même formant en petites paillettes feutrées le ciment de grains cryptocristallins du même minéral. La glauconite est souvent accompagnée de granules, de nodules phosphatés qui l'englobent (apatite).

Dans les sols et dans la partie supérieure des produits de désagrégation de la roche en place, la glauconite instable se dissocie en hydroxydes de fer et en silice ; ce processus est fréquemment à l'origine de dépôts d'hématite brune (fer des marais).

—  Guy TAMAIN

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  GLAUCONITE  » est également traité dans :

MICAS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Michel ROBERT
  •  • 1 976 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure et principaux types »  : […] Les micas appartiennent au groupe des phyllosilicates à épaisseur foliaire de 1 nm, dont le feuillet élémentaire est constitué par deux couches de tétraèdres SiO 4 réunies par une couche octaédrique contenant des anions supplémentaires OH− ou F− et des cations hexacoordonnés, comme Al 3+ ou Mg 2+ . À la différence du talc Mg 3 (Si 4 O 10 )(OH) 2 ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/micas/#i_38341

Pour citer l’article

Guy TAMAIN, « GLAUCONITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/glauconite/