DELLA CASA GIOVANNI (1503-1556)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appartenant à une noble famille florentine originaire du Mugello, Giovanni Della Casa séjourne tout jeune à Rome et à Bologne. De retour à Florence, il étudie les lettres puis revient à Bologne pour des études de droit, mais il s'intéresse davantage aux auteurs latins et se lie avec Beccadelli et Gualteruzzi. En 1528, il apprend le grec à Padoue sous la direction du cardinal Bembo. À Rome, où il se fixe dès 1529, il mène une vie très libre et fréquente Berni, Firenzuola, Molza, qui font partie de l'Académie des Vignaiuoli. Il compose plusieurs capitoli bernesques, publiés en 1538, qui lui seront plus tard reprochés, ainsi qu'un traité misogyne en latin. Protégé par le cardinal Alexandre Farnèse, Della Casa décide, comme d'autres hommes de lettres, d'embrasser la carrière ecclésiastique. Il devient clerc de la Chambre apostolique en 1538, mais ne recevra les ordres que bien plus tard. C'est comme commissaire apostolique qu'il revient à Florence en 1541. Il fait partie de l'Académie florentine. Nommé archevêque de Bénévent en 1544, il est envoyé la même année à Venise en qualité de nonce apostolique. Il y défend habilement les intérêts de l'Église à un moment où s'amorce un durcissement des positions de celle-ci. Il introduit en Vénétie les tribunaux de l'Inquisition : le plus célèbre des accusés qu'il poursuivra sera l'évêque Pier Paolo Vergerio. En 1548, Della Casa fait publier un index de livres interdits. S'il a pu composer à Venise un discours anti-espagnol appelant à la constitution d'une ligue, il demandera un peu plus tard à Charles Quint, dans un autre discours, la restitution de la ville de Plaisance. Sous le pontificat de Jules III, la disgrâce du cardinal Farnèse l'amène à se retirer, à Venise d'abord en 1551, puis dans l'abbaye de Nervesa près de Trévise. Élu pape en 1555, Paul IV le rappelle à Rome où, sans avoir obtenu le cardinalat tant espéré, il meurt un an plus tard.

Précédé par un ouvrage en latin de 1546, le De officiis inter tenuiores et potententiores amicos qui en annonce l'esprit (la traduction italienne s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DELLA CASA GIOVANNI (1503-1556)  » est également traité dans :

LE GALATÉ AU BOIS, Andrea Zanzotto - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « Un recueil du mourir-pourrir »  : […] Le plus définissable ne signifie pas le moins complexe, et plus que jamais Andrea Zanzotto a ici pour « sujet » l'horreur de l'indicible, ou plutôt la dissolution du sujet dans cette horreur. Indicible par excellence du « je ne sais quoi qui n'a plus de nom dans aucune langue », selon l'admirable formule par laquelle Bossuet désignait l'au-delà du cadavre, à savoir le mourir-pourrir. Horreur qui e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-galate-au-bois/#i_93599

Pour citer l’article

Michel PLAISANCE, « DELLA CASA GIOVANNI - (1503-1556) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-della-casa/