GIOVANNI DA MILANO GIOVANNI DA CAVERSACCIO dit (actif entre 1346 et 1369)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire de Caversaccio, près de Côme, Giovanni da Milano figure en 1346 sur une liste de peintres étrangers résidant à Florence. En 1365, il travaille aux fresques de la chapelle Rinuccini, dans la sacristie de Santa Croce (scènes de la Vie de la Vierge et de Marie-Madeleine) et signe, la même année, une Pietà aujourd'hui conservée à l'Académie de Florence. En 1369, il est mentionné parmi des artistes florentins — Giottino (Maso di Banco ?), Agnolo et Taddeo Gaddi — travaillant au Vatican pour Urbain V. On peut situer avant 1365 le grand polyptyque de Prato (Vierge à l'Enfant entre quatre saints, sur une prédelle à deux registres) et le Christ en trône avec quatre anges (collection Contini Bonacossi), tandis que les panneaux du musée des Offices (Sainte Catherine et sainte Lucie, Saint Laurent et saint Étienne, chœur des vierges et des martyrs) sont probablement contemporains des fresques de Santa Croce.

La Naissance de la Vierge, G. da Milano

La Naissance de la Vierge, G. da Milano

photographie

Giovanni da Milano, La Naissance de la Vierge, vers 1365, fresque. Chapelle Rinuccini, Santa Croce, Florence, Italie. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Giovanni da Milano, fut, selon Vasari, l'élève préféré de Taddeo Gaddi. Mais ses œuvres attestées montrent qu'avant d'arriver à Florence il s'était déjà initié à l'art de Giotto, tout en préservant une attention au réel, à la texture des épidermes et des étoffes, à l'expression, aux traits particuliers d'un visage qui est alors le propre de la Lombardie. Cette première formation lui avait apporté, en outre, une sensibilité aux couleurs due probablement à la connaissance des miniatures françaises, assez répandues dans l'Italie du Nord.

Ainsi, entre les héritiers toscans de Giotto qu'il rejoint à Florence, Giovanni da Milano se signale par une forme nouvelle de sensibilité qui annonce à la fois les développements futurs de la peinture siennoise et ceux de la peinture florentine, l'art de Sassetta et celui de Masolino.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIOVANNI DA MILANO GIOVANNI DA CAVERSACCIO dit (actif entre 1346 et 1369)  » est également traité dans :

LOMBARDIE

  • Écrit par 
  • Franco MAZZINI
  •  • 3 758 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La renaissance carolingienne »  : […] L'époque de la domination carolingienne ( ix e - x e  siècle) est marquée par l'œuvre du sculpteur Volvinio, auteur du fameux autel d'or de Sant'Ambrogio. La clarté de son style plastique se détache entièrement du goût décoratif qui était propre à l'orfèvrerie lombarde et aux compositions sacrées des Byzantins. Cette œuvre est véritablement un des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lombardie/#i_22948

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « GIOVANNI DA MILANO GIOVANNI DA CAVERSACCIO dit (actif entre 1346 et 1369) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-da-milano/